Des panneaux en verre sur le pont des Arts

 

La mairie de Paris a posé cette semaine deux panneaux en verre le long du Pont des Arts à Paris, une nouvelle tentative pour tenter d'empêcher l'accumulation des "cadenas d'amour" jugés disgracieux et dangereux pour la sécurité.

L'adjoint à la Culture du maire de Paris Bruno Julliard (PS) a décidé "d’expérimenter la pose sur le Pont des Arts de panneaux vitrés, qui remplacent les grillages", a-t-il annoncé dans un communiqué vendredi. "Deux viennent d’être installés, un troisième le sera dans quelques jours", précise-t-il.

Les deux vitres ont été posées, l'une à côté de l'autre, au milieu du pont, a constaté un journaliste de l'AFP. Elles côtoient les grilles dévorées par les centaines de cadenas et les panneaux en bois posés depuis quelques mois pour tenter de juguler cette prolifération.

Les "cadenas d'amour", que des couples d'amoureux viennent fixer le long du parapet d'un pont pour sceller leur union avant de jeter la clé dans le fleuve, ont fait leur apparition à Paris en 2008.

Une opération de communication visant à inciter les couples d'amoureux à remplacer les cadenas par des "selfies" à publier sur internet avait aussi été lancée cet été, sans grand succès.

"En quelques mois, plus de 700.000 cadenas ont été accrochés sur plusieurs ponts parisiens", rappelle la mairie, ce qui "engendre une dégradation durable du patrimoine et un risque pour la sécurité des visiteurs".

"Pour le seul Pont des Arts, 15 panneaux grillagés ont déjà dû être retirés pour des raisons de sécurité. Chacun de ces panneaux portait près de 500kg de cadenas, soit quatre fois la charge limite admissible", est-il ajouté.

Un pan de grillage du célèbre pont, s'était effondré en juin sous le poids des cadenas, entraînant l'évacuation de cette passerelle pour piétons qui enjambe la Seine, reliant l'Institut et le Louvre.

 

Nouveautés AGC

En Belgique, l’industrie du verre correspond à quelque 7.700 emplois et un million de tonnes produites chaque année. Et c’est en Wallonie qu’on trouve le leader mondial du verre plat, le groupe AGC Glass.

Gosselies devient le centre de recherche de l’entreprise belge AGC Glass. 30 millions d’euros ont été investis dans le bureau d’étude du groupe qui abrite désormais quelques 250 chercheurs.

Jusqu’alors, il existait du simple, du double ou du triple vitrage. Mais bientôt nous trouverons sur le marché un verre isolant de 12mm d’épaisseur. Il s’agit de l’un des nombreux projets de l’entreprise belge. Cela s’avère révolutionnaire, comme nous l’explique Sébastien Caliaro, ingénieur: "Ca permet d’avoir avec une épaisseur très réduite des performances qui sont équivalentes à un mur très isolant".

Combiner le verre avec les nouvelles technologies

Derrière leurs ordinateurs, les ingénieurs d’AGC imaginent et préparent les objets de demain. Cependant, il faut entre 3 et 5 ans mettre sur le marché un nouveau produit.

Le verre se fait désormais intelligent, et ce, grâce aux nanotechnologies. Par exemple, il existe des toits ouvrants de voiture qui ont une luminescence variable, et qui équiperont d’ici peu une grande marque de berlines haut de gamme. Un autre exemple est cette combinaison de verre plat avec la technologie LED qui donne le ton pour le futur des panneaux lumineux, où un simple doigt glissé sur le verre permettra à faire une publicité ou encore une déclaration.

AGC innove, et c’est en Wallonie que cela se passe : "On travaille avec toutes les universités wallonnes et flamandes. On va bien évidemment travailler avec d’autres universités mondiales. Mais c’est clair que c’est principalement en Wallonie et en Belgique que l’on va trouver nos principales collaborations", nous explique Marc Van Den Este, le responsable recherche et développement AGC Glass Europe.

Le verre reste donc un métier d’avenir, notamment quand on sait qu’AGC Glass emploie 14.500 personnes dans le monde et est présent sur tous les terrains, y compris ceux de la coupe du monde de football.

Miroiterie Avignonaise

Depuis le double-vitrage aux cloisons à cristaux liquides, de multiples applications appelées à se développer largement dans le verre plat

Créée en 1975, la miroiterie Avignonaise a été reprise par Étienne de Chézelles il y a deux ans, avec tout son personnel, une quinzaine de salariés : des commerciaux, des façonneurs découpeurs, des poseurs. L'atelier a été équipé d'une vitrine “verrothèque” de 150 m² où sont disposés tous les verres que la miroiterie peut proposer à ses clients.

Le  verre qui répond à trois impératifs (sécurité, confort, écologie) est utilisé à l'extérieur comme à l'intérieur : double-vitrage, escaliers, dalles de sol, clôture de piscine, signalétique mais aussi paroi de douche, miroir, étagère, plan de travail de cuisine, crédence, revêtement mural, cloison, insert de cheminée, garde-corps, dessus de table, revêtement de meuble, puits de lumière… "Avant, le travail concernait surtout le bris de verre à remplacer pour des fenêtres, explique Étienne de Chézelles. Maintenant le remplacement de casse ne représente plus  que 20 % de notre activité

Amende réduite pour Guardian

 

La Cour de justice de l'Union européenne a réduit  l'amende infligée par la Commission européenne au groupe américain Guardian en 2007 pour sa participation à un cartel dans le secteur du verre plat.

L'amende a été réduite à 103,6 millions d'euros au lieu de 148 millions initialement. Guardian avait été reconnu coupable d'une entente sur les prix avec ses concurrents sur le marché du verre plat français Saint-Gobain, britannique Pilkington et japonais Asahi (AGC). L'entente, qui a duré de début 2004 à début 2005, portait sur le verre plat utilisé dans le secteur de la construction. La Cour a réduit le montant de l'amende de Guardian en estimant que le mode de calcul lui était défavorable car il excluait les ventes internes, ce qui favorise les sociétés intégrées verticalement. La Cour relève que l'exclusion des ventes internes dans le mode de calcul a réduit le poids relatif de Saint-Gobain, société intégrée verticalement, dans l'infraction, et accru corrélativement celui de Guardian, qui n'est pas intégré verticalement.

Elle a donc décidé de réduire de 30% le montant de l'amende de la société américaine.

Bannière
Bannière
Bannière

 

Palonnier à ventouses et pinces

Ce dispositif de levage et de déplacement du verre est constitué d’une pompe à vide reliée par un dispositive de sécurité à plusieurs ventouses le tout dans une structure métallique. Il permet de lever, déplacer et basculer du verre.

Le nombre et le diamètre  des ventouses va dépendre des dimensions et du poids du verre à manipuler.

Pour une miroiterie où le poids maximal à déplacer est souvent inférieur à 400 Kg, un palonnier à 4 ventouses est souvent le plus adapté.

Le palonnier est un des outils indispensable pour un atelier de façonnage dans une miroiterie car il va servir à manipuler avec sécurité le verre dans toutes ses étapes de transformation, depuis le stock jusqu’aux produits finis et au chargement sur les camions.

Les critères de choix :

1/ Le poids maximal manipulable qui va déterminer le nombre de ventouses du palonnier, mais aussi la dimension minimale.

2/La rotation du palonnier. elle peut être :

-manuelle, sur 360° avec blocage  tous les 90° lorsque le poids à manipuler est réduit

-motorisée avec rotation en continue.

3/Le basculement du palonnier de la position verticale à horizontale qui est généralement motorisé, sauf pour les poids les plus faibles.

4/L’obtention du vide : réalisée par une pompe électrique équipée d’un double circuit de sécurité.

 

Palonnier à ventouses pour déplacement et manipulation du verre

Palonnier à ventouse RBB (on peut observer les deux moteurs, l'un pour la rotation, l'autre pour le basculement, ainsi que le moteur de la pompe à vide)

 

Principales options :

-Commande à distance du palonnier.

-Réglage du vide en fonction de l’épaisseur du verre ( pour les très faibles épaisseurs).

-Palonnier à ventouses en vis à vis pour vitrage isolant.

-Bras extensibles.

-Mouvement télescopique du groupe de ventouses du palonnier.

-Vide, rotation et basculement pneumatique.

-Double pompe à vide électrique avec quadruple circuit de sécurité (pour les poids les plus importants)

 

Les palonniers manuels ont de une à dix ventouses ou plus et peuvent manipuler jusqu’à une tonne.

Les palonniers motorisés ont de 4 à 15 ventouses ou plus et peuvent manipuler jusqu’à 1.5 tonne.

Pinces

Dispositif mécanique permettant de saisir par une pince des volumes de verre d’épaisseur 3 à 25 mm et pouvant peser jusqu’à une tonne

 

Ces équipements peuvent être utilisé pour manipuler d‘autres matériaux