Trophée des entreprises du Cantal dans la catégorie "Numérique" : la Miroiterie Laumond

Le lauréat de cette catégorie est la Miroiterie Claude Laumond. Cette société, qui emploie 35 personnes, est spécialisée dans la miroiterie et la menuiserie aluminium et travaille pour les particuliers, mais surtout les collectivités et les marchés publics.

Pour Michel Gennai, ce Trophée récompense "l'aboutissement d'une reprise qui s'est très bien passée et aussi une équipe qui a permis de développer la Miroiterie Laumond".

Michel Gennai dirige la Miroiterie Laumond, à Aurillac, depuis l’automne 2016. Il vient d’investir dans des machines numériques pour augmenter sa capacité de production.

D’un petit magasin familial, ouvert dans le centre-ville de la préfecture cantalienne dans les années 50, la Miroiterie Laumond est devenue aujourd’hui une société au rayonnement national.

Soixante ans plus tard, elle emploie vingt-huit personnes dans ses ateliers de 3.500 m2, boulevard du Vialenc, à Aurillac, et a généré un chiffre d’affaires de 7 M€ l’an dernier.

7 M€ de chiffre d’affaires en 2017

« Nous comptons également un deuxième site avec sept salariés à Figeac, dans le Lot », précise Michel Gennai, le patron aux commandes de cette société, active dans le vitrage, les vérandas, la conception et réalisation de façades, et la menuiserie alu.

Ces deux dernières années, il a poursuivi la stratégie entamée par son prédécesseur, Claude Laumond : développer le rayonnement de la société à travers la France. Quand Michel Gennai a repris la société, celle-ci réalisait alors 90 % de son chiffre d’affaires au niveau local. S’il a continué à travailler sur ce marché historique des particuliers et des collectivités, qui lui a rapporté près de 2M€ sur les 7 M€ réalisés en 2017, il a dû aller un peu plus loin géographiquement, « pour sécuriser l’entreprise ».

 

Actuellement, Laumond travaille sur des chantiers à Paris, en Ile-de-France, à Toulouse, à La Baule… « Aujourd’hui, la partie négoce en menuiserie aluminium fabriquée dans nos ateliers est en plein développement. »

Michel Gennai a pu, pour cela, s’appuyer sur son réseau professionnel, conforté au cours de ses trente ans d’expérience dans le domaine de la menuiserie alu, et sur les partenariats noués avec d’autres entreprises.

« Une carte à jouer en tant que spécialiste du sur-mesure »

Pour faire face à ce développement et rester compétitive, la miroiterie Laumond va également numériser sa production. Cet été, elle a investi 200.000 € dans une scie numérique et un centre d’usinage numérique. Cet investissement est couplé à la mise en place d’un module informatique d’usinage assurant une liaison directe entre le logiciel Techndesign et les machines.

« Nous avons l’engagement de notre principal fournisseur Technal pour nous accompagner dans cette démarche. Nous sommes pilotes sur ce projet pour l’intégration de cette nouvelle technologie. »

Pour Michel Gennai, Laumond a un vrai savoir-faire et des gens compétents. « Dans notre métier, il y a des industriels de la fenêtre, des petits aluminiers, et nous au milieu. Nous avons une carte à jouer en tant que PME spécialisée dans le sur-mesure. L’utilisation de ces nouveaux outils va permettre d’augmenter la capacité de production. » Et qui dit croissance, dit embauche, assure Michel Gennai. « Nous avons recruté trois personnes à la fabrication cet été. »

Nouveau logiciel sablage par zone

 

Le leader des sableuses pour le verre plat, le Grec Dynamiki propose pour l’ensemble de ses sableuses automatiques un nouveau logiciel pour sablage par zones. Ce logiciel offre ainsi de nouvelles possibilités de sablage en plus de celui déjà existant sur la sablage dégressif.

Pour plus d’informations glass@comascotec.com

Riou continue de mailler le territoire Français.

 

Nouvelle acquisition pour Riou glass avec le rachat du miroitier Catalan Badie Vitrage.

Badie vitrage très ancienne miroiterie fondée à Mazamet par le père du dirigeant actuel de Badie Vitrage.

Verre de Guardian pour Lyon Hôtel Dieu

 

Guardian Glass a été choisi pour presque toutes les parties des bâtiments, notamment la nouvelle Canopée  et les façades à double peau des bâtiments.

Le Grand Hôtel-Dieu était à l'origine un hôpital public ayant fonctionné pendant plus de huit siècles dans la ville de Lyon. En 2018, après six ans de rénovation, l'hôtel est considéré comme un monument historique et est considéré comme le plus important projet de conversion d'un monument historique mené par une organisation privée en France. Outre cet hôtel de luxe, il abrite des boutiques, des bureaux et des restaurants, ainsi que les jardins historiques désormais publics.

 

Didier Repellin, du cabinet d'architectes RL & Associés, a supervisé le projet. En tant qu'architecte en chef honoraire des monuments historiques et membre de la Société française du patrimoine (entre autres titres), il était le choix idéal pour la rénovation des bâtiments et des terrains. Sa vision était de tirer profit de l'histoire de la ville pour embellir les bâtiments anciens. Il l'a fait en respectant l'histoire de l'Hôtel-Dieu tout en rendant le terrain aux habitants de Lyon.

 

Guardian Glass a été choisi pour presque toutes les parties des bâtiments, notamment la nouvelle Canopée (lucarne) et les façades à double peau des bâtiments. Fabriquée avec Guardian SunGuard® SN 70/37 Ultra, la Canopée donne sur la cour intérieure et met en lumière les travaux de rénovation. Les fenêtres et façades de l’hôtel et des boutiques ont toutes été équipées du Guardian SunGuard® HD Neutral 67 équilibre idéal entre la transmission de la lumière et le facteur solaire.

Enlevée
Bannière

 

 



Bilatérales ou ligne de bilatérales à meules boisseaux:

Il s'agit de machines utilisant des meules boisseaux. Ce type de machine est le plus souvent utilisé dans le domaine des séries où les paramètres principaux sont des épaisseurs de verre au-dessus du 8 mm (même si ces machines peuvent être utilisées pour façonner à partir du 3 mm) et une très bonne qualité de polissage.

Les machines proposées sur le marché proposent 6, 8, 10 meules et plus pour chaque côté de la bilatérale.

Dans la pratique on rencontre essentiellement des 10 meules (3 meules diamantées pour le joint, meule diamantée et de polissage pour chaque arête, 3 meules de polissage ou deux meules de polissage et une meule de brillance. Des 11 (avec 4 meules de polissage) et 12 meules sont aussi proposées par certains fabricants. Mais dans la pratique pour les 12 meules cela impose un réglage très fin (et fréquent) de la position des meules diamantées (4 meules de chaque côté) qui rendent ce type de machines marginales sur le marché.

Dans le cas des lignes on installe un transfert entre les deux bilatérales (soit en ligne, peu fréquent, soit à 90°) et l'équerrage se fait sur la seconde bilatérale (l’équerrage est toujours fait sur la seconde bilatérale et il est fortement conseillé pour obtenir la meilleure précision possible que l’équerrage se fasse sur la plus grande dimension du verre. C’est-à-dire que la seconde bilatérale de la ligne doit être celle qui a la plus grande ouverture).

Afin de pouvoir mettre la ligne de bilatérale en ligne avec une laveuse horizontale de la plus petite largeur possible (budget plus réduit et gain de place), correspondant à la dimension maximale de la première bilatérale et n’avoir qu’un seul opérateur pour l’entrée et la sortie de la ligne on ajoute souvent un second transfert à 90° à la sortie de la seconde bilatérale.

On a rencontré sur le marché ces dernières années des machines capables de façonner des volumes de verre de plus en plus grands.

 

Principales options :

Le nombre d’options sur les bilatérales est très important, chaque fabricant rivalisant d’ingéniosité pour se démarquer de ses concurrents. Parmi les principales on peut cependant citer :

-Mouchage des coins :

Il s’agit de deux broches spéciales qui vont roder, en fin de bilatérale (et seulement sur la seconde en cas de ligne) les 4 coins du verre (non poli), afin d’éliminer cette partie fragile (et dangereuse) du verre et éviter des casses lors de la trempe ultérieure.

-Motorisation des broches supérieures pour les meules diamantées d’arête.

Pour avoir la largeur d’arête voulue en fonction des changements d’épaisseur du verre.

-Motorisation des broches diamantées du joint pour compensation d’usure.

Pour une ligne de bilatérale qui comporte 12 meules diamantée et qui travaille en continue, le réglage des meules est très fréquent.

…….

 

Points à regarder :

Ici aussi ils sont légion, mais on peut citer :

-Facilité de changement des meules de polissage.

Pour une bilatérale il n’est pas rare d’avoir un changement journalier de meules de polissage (une meule de polissage va durer en moyenne 2000 mètres linéaire, et sur une ligne il y a 20 meules de polissage).

-Rapidité et précision lors des changements de dimensions (ouverture ou fermeture de la bilatérale) des verres.

Surtout si on travaille des petites séries

…..