Aide au BTP

 

A l’occasion de la présentation en Conseil des ministres, mercredi 10 juin 2020, du 3ème projet de loi de finances rectificative pour 2020 (PLFR3), Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités territoriales, Julien Denormandie, ministre auprès de la ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, chargé de la ville et du logement, Emmanuelle Wargon, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances et Olivier Dussopt, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics, présentent les mesures de soutien mises en place par le Gouvernement pour accompagner la reprise d’activité du secteur du BTP.

Le BTP est l’un des secteurs qui a vu son activité la plus fortement réduite : -88% début avril, soit la même baisse que l’hôtellerie-restauration alors même qu’il n’a pas fait l’objet d’une fermeture administrative à partir de mi-mars. Compte tenu de son poids dans l’économie et de son importance pour l’activité dans les territoires (le BTP représente 2 millions d’emplois et 11% du PIB), le Gouvernement a travaillé dès le mois de mars à la reprise de l’activité dans le BTP, en lien avec les collectivités territoriales et les fédérations professionnelles.Il s’agit également de permettre de répondre aux projets immobiliers ou de rénovation des Français.

Le BTP a ainsi bénéficié fortement des dispositifs de soutien public : le fonds de solidarité (360000 entreprises pour 510 millions d’euros), les prêts garantis par l’Etat (60 000 prêts pour 8,2 milliards d’euros) et l’activité partielle (demandes déposées pour 1,4 million de salariés et 1,3 milliard d’euros déjà versé au titre des mois de mars et avril). Le secteur a également fait l’objet d’initiatives spécifiques pour le soutien à la reprise avec la publication d’un guide professionnel de sécurité sanitaire sur les chantiers dès le 2 avril, des mesures spécifiques pour ne pas freiner l’autorisation ou la mise en œuvre des projets,la mobilisation des préfets pour inciter et accompagner la reprise rapide des chantiers et la lancement d’une mission confiée au préfet Philippe Mahé afin de déterminer,après consultation des acteurs de la filière, des solutions opérationnelles pour accélérer la reprise.

Ce soutien du Gouvernement a donné des résultats avec une forte accélération de la reprise d’activité depuis mi-mai grâce à l’engagement des entreprises et de leurs salariés : seul 1% des chantiers de travaux publics et moins de 15% des chantiers du bâtiment sont encore à l’arrêt.

Pour soutenir la reprise complète de l’activité dans le secteur du BTP et en complément de tous les dispositifs de soutien déjà mis en œuvre, le Gouvernement a décidé de prendre des mesures pour aider les entreprises du BTP à compenser les surcoûts et à accélérer la reprise.

Concernant la prise en compte des surcoûts:

  • compte tenu de l’exigence d’exemplarité de l’Etat, le Premier ministre a adressé le 9 juin 2020 aux maîtres d’ouvrage de l’Etat, pour leurs marchés de travaux, une instruction pour leur demander de négocier rapidement avec les entreprises du BTP une prise en charge d’une partie des surcoûts directs liés à l’arrêt des chantiers et aux mesures sanitaires.

  • le Gouvernement a demandé aux préfets dans une circulaire du 20 mai 2020 de promouvoir des chartes définissant une approche solidaire des surcoûts entre les entreprises du BTP, les maîtres d’ouvrage, dont les collectivités et bailleurs, et les maîtres d’œuvre. Pour aider les collectivités territoriales à financer une partie de ces surcoûts, les préfets peuvent utiliser leur pouvoir de dérogation pour mobiliser des dotations de l’Etat (dotation de soutien à l’investissement local DSIL et dotation d’équipement des territoires ruraux DETR).

  • dans le cadre du PLFR3, les entreprises de moins de 50salariés qui ont subi des pertes de chiffre d’affaires importantes pourront bénéficier de remises de charges sociales jusqu’à 50% sur leurs échéances des mois de mars à mai, sur simple demande à leur URSSAF. Toutes les entreprises pourront demander un plan d’apurement de leurs charges sociales reportées depuis mars sur une durée pouvant aller jusqu’à 36 mois.

  • un comité de suivi est créé pour objectiver les surcoûts liés aux pertes de rendement sur les chantiers compte tenu de l’application des règles de sécurité sanitaire. Piloté par le commissariat général au développement durable (CGDD), en lien avec les fédérations professionnelles, ce comité permettra de donner des références pour la négociation entre maîtres d’ouvrage et entreprises du BTP

  • le Gouvernement encourage les maîtres d’ouvrage publics à faire usage des dispositions de l’ordonnance n°2020-319 du 25 mars 2020, qui permettent d’augmenter les avances aux entreprises titulaires de marchés publics au-delà de 60% sans obligation de garantie à première demande. Cette mesure est applicable pour tous les contrats conclus jusqu’à la fin de la période d’urgence sanitaire, augmentée de deux mois. Pour les marchés publics, comme privés, le gouvernement a par ailleurs reporté de plusieurs mois, par ordonnance, les pénalités applicables en cas de retard.

Concernant le soutien à la reprise:

  • 1 milliard d’euros va être ajouté par l’Etat en PLFR3 à la dotation de soutien à l’investissement local (DSIL) portant son enveloppe de 0,6 à 1,6 milliard d’euros. Elle vise à soutenir les investissements structurants des collectivités portant sur la santé, la transition écologique, notamment la rénovation thermique de bâtiments publics, et la rénovation du patrimoine. Compte tenu de l’effet levier sur les financements des collectivités, cette dotation doit permettre d’accroître les investissements locaux de 4,8 milliards d’euros. Ainsi l’Etat versera aux collectivités locales en 2020 près de 10 milliards d’euros de dotations d’investissement. Il s’agit d’un effort très important de l’Etat qui apportera des commandes aux entreprises du BTP dans les prochains mois, tout particulièrement dans le contexte de la mise en place des nouvelles équipes municipales et intercommunales

  • le dispositif de garantie de l’Etat à l’assurance-crédit est fortement renforcé en PLFR3 pour permettre aux entreprises de conserver leurs couvertures. Cette mesure est très importante pour les entreprises du BTP dont la trésorerie dépend beaucoup du crédit interentreprises. La mesure sera mise en place immédiatement par décret pour les PME et entreprises de taille intermédiaire (ETI)

  • dans le cadre du PLFR3, afin de soutenir la trésorerie des entreprises, les entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés pourront demander dès 2020 le remboursement immédiat de leur stock de créances de report en arrière de leurs déficits ainsi que des créances qui viendraient à être constatées en 2020 du fait des pertes liées à cette crise sanitaire

  • pour maintenir les compétences au sein des entreprises et leur renouvellement, le Gouvernement a annoncé la création d’une aide au recrutement des apprentis, de 5000 euros à 8000 euros par contrat préparant à un diplôme jusqu’à la licence professionnelle. Cette aide sera versée aux entreprises de moins de 250 salariés sans condition et aux entreprises de plus 250 salariés à la condition qu’elles s’engagent à atteindre l’objectif, déjà fixé par la loi, de 5% d’alternants en 2021. Cela devrait représenter plus de 130millions d’euros pour le secteur

  • les travaux des copropriétés constituent une part importante de la commande privée adressée aux entreprises du bâtiment et sont décidés en assemblées générales. L’ordonnance n°2020-595 du 20 mai 2020 permet de tenir ces assemblées générales sous forme de visioconférence ou par correspondance jusqu’au 31 janvier 2021, ce qui permet d’accélérer les décisions de travaux.

Au-delà de ces mesures d’urgence pour soutenir la reprise d’activité, le Gouvernement prépare un plan de relance de l’économie qui sera présenté à la rentrée. Cette relance devra permettre de poursuivre et d’accélérer la transformation de l’économie française pour la rendre plus compétitive et plus décarbonée. Pour établir ce plan de relance, de larges concertations vont être conduites avec les fédérations professionnelles, les partenaires sociaux, les collectivités territoriales, les parlementaires. Le secteur du BTP sera directement concerné par ce plan de relance au titre de l’investissement notamment pour la rénovation thermique et au titre des simplifications de procédure pour accélérer les projets et le lancement des chantiers sans diminuer les exigences environnementales. Dans le plan de relance,des mesures sont envisagées qui soutiendront l’activité des entreprises du BTP, notamment pour participer à la transition écologique.

Mir Stekla repoussée d’un an

 

Dans le bal des annulation de foires….

 

La foire du verre de Moscou est repoussée d’un an à 2021. L’évènement se tiendra du 7 au 10 juin 2021 à l’expocentre Fairgrounds de Moscou, en se focalisant sur la production, les procédés et les applications du verre.

Nouveau dirigeant pour Swisspacer

 

La fabricant Suisse de warm edge change de dirigeant. Andreas Geith, étant parti à la retraire fin Mai 2020. Il est remplacé par Victoria Renz-Kiefel, venant de Saint-Gobain High Performance Solutions.

Le groupe Espagnol Pujol rachète une unité de fabrication d’EVA à La Corogne

 

Le fabricant de four pour le verre feuilleté avec intercalaire EVA a racheté la totalité d’une unité de fabrication de films EVA située à La Corogne, Evasa.

Ce fabricant était déjà son fournisseur d’EVA.

 

Ce rachat s’accompagne d’investissements pour accroître les capacités de production et lancer de nouvelles dimensions de films EVA.

Bannière
Bannière
Bannière

 

Histoire du verre

 

Résumer en quelques dizaines de lignes l’histoire d’un matériau qui existe (à l’état naturel) depuis plusieurs centaines de millions d’années ne serait pas raisonnable. Nous vous proposons simplement de survoler cette longue période dans les pages suivantes et de vous reporter à des sites ou des ouvrages beaucoup plus exhaustifs pour approfondir le sujet.

Parmi ceux-ci :

L'âge du verre de Pascal Richet ( Gallimard)

www.verreonline.fr

www.verre.org

www.glassalia.com

www.infovitrail.com

 

 



Histoire du verre. Les premiers pas

Histoire du verre

Le verre existe à l’état naturel ….Il peut être

-D’origine volcanique, en particulier l’Obsidienne (générllement de couleur verte ou noire) qui a été utilisée pendant la préhistoire ( les plus vieux outils trouvés datent de 100 000 ans avant JC) et transformé en outils, armes ( pointes de flèches ou de lances), bijoux et miroirs ( dont on disait qu’il permettait de voir son âme !)

Morceau d'obsidienne.

 

Couteau en obsidienne.

 

 

Copie de bijoux en obsidienne

 

-D’origine météorique

 

 

Résultant du choc d'un météorite sur du sable

-Dû à l’action de la foudre, lorsqu'un éclair frappe sous certaines conditions du sable

 

On le voit dans ces trois cas il s’agit à chaque fois de conditions extrêmes de pression et/ou de température.

 

Mais beaucoup plus étonnant puisqu’il est aussi synthétisé en quantités très importantes chaque jour dans la profondeur des océans par des algues ou constitue le squelette de certaines éponges.

 

Mais, oui. Il s'agit bien de verre!

 

Les algues appelées diatomées ont une trés fine carapace en verre qui laissant passer la lumière n'est pas un obstacle à la photosynthèse. Il est intéressant de voir que contrairement aux premiers exemples qui demandaient des températures et des pressions importantes, la fabrication du verre se fait ici par une sorte de voie chimique douce

Exemples de diatomées.

Ces algues étant l'un des constituants du planton, la production de verre par cette voie est considérable et beaucoup plus importante que la production industrielle.

A leur mort les diatomées sédimentent, accumulant au fond des océans de grandes quantités de verre organique ( l'opale).

L'opale est très recherchée et utilisée en bijouterie à cause de ses qualités esthétiques.

 

 

Deux exemples d'Opales.

 

Les verres les plus anciens datant de plusieurs milliards d'années ont été découverts sur...la lune par une des missions Apollo

 

Il semble que la découverte de la synthèse du verre ait été, comme beaucoup de grandes inventions, le fait du hasard. Il est probable qu’il soit apparu accidentellement lors du travail de métaux ou dans des fours de potiers.

La découverte de la métallurgie va petit à petit éliminer l'utilisation du verre naturel  dans la fabrication des armes et des outils pour le cantonner à la décoration et à la religion.

Les verres les plus anciens fruits du travail humain datent d’environ 3000 ans avant JC. On a retrouvé des perles, des bijoux et de petites statues au Moyen Orient. Le verre n’est pas, à cette époque, encore transparent. A cause des nombreuses impuretés qu’il renfermait.

 

Puis on commence à voir, après 2000 avant JC apparaître des récipients en forme de plats creux. Le développement du verre va progresser avec l’amélioration des fours et l’augmentation de la température qui en découle et la compréhension de l’incidence des différents produits qui le composent sur ses propriétés.

 

 

Vers 1000 avant JC la Syrie devient un centre de production important de verre.

 

Les plus anciens documents faisant référence à la fabrication du verre sont des tablettes retrouvées en Mésopotamie.

(Maitrisant assez mal cette langue je ne peux vous assurer qu'il s'agit de la bonne tablette)

Au fur et à mesure que l’homme progresse dans la maîtrise de sa composition, le verre devient de plus en plus translucide et l’on voir apparaître des récipients en verre creux :flacons de parfum, vases, coupes…

 

Copies de récipients d'origine Etrusque.

 

Une étape fondamentale est la découverte, en Syrie du soufflage du verre, vers 50 avant JC. Une boule de verre est prélevé au bout d’une canne creuse.

A partir de là l’usage du verre va se développer et se démocratiser sous forme de récipients et on voit même apparaître les premiers verres à vitre ( Pompéi et St Rémy de Provence).

Il est intéressant de voir qu'alors qu'aujourd'hui les principales applications du verre concernent le verre plat, à cette époque le verre plat est pratiquement inexistant, alors qu'il semble beaucoup plus facile à fabriquer.

 

 

 

Fenêtre Pompéi.

Ces verres n'étaient pas parfaitement transparent car les Romains ne connaissaient pas encore le polissage du verre.

Lors de leurs conquêtes de territoires au moyen Orient les armées Romaines ramènent les secrets de fabrication et les hommes ( Egyptiens, Syriens, Juifs) sachant travailler le verre. L’utilisation va donc se répandre en Italie et dans les pays Européens voisins.

 

L’empire Romain devient un gros consommateur de verre. La matière première était fabriquée au moyen orient             ( sûrement à cause de la présence des matières premières, en particulier de sables avec peu d'impuretés) puis transportée et refondue sur les lieux de consommation.

 

 

 

On voit se développer de nouvelles techniques de travail du verre comme les incrustations, le façonnage à chaud, la gravure….

 

Verre gravé ( Egypte)

 

 

Le soufflage se développe. Le souffleur fait chauffer une boule de verre à l’extrémité de sa canne. Puis il souffle dans la canne. Le verre va grossir et une cavité va se créer à l’intérieur. Le verre est ensuite l’objet d’opérations mécaniques afin de lui donner la forme voulue. Puis il est percé pour réaliser une ouverture. (On verra plus loin que la technique du soufflage va perdurer de manière industrielle jusqu'au milieu du vingtième siècle).

Une fois refroidi et ayant retrouvé sa dureté naturelle il peut être poli, gravé pour inclure dessins et motifs…

 

 

Verre de couleur ( Egypte)

Cette nouvelle technique, en abaissant de façon considérable les coûts de production va permettre à un nombre croissant de personnes  d'utiliser ce matériau et va donc développer la production.

Alors qu'à l'origine les objets en verre étaient essentiellement colorés, l'usage de verre clair progresse fortement.