Trophée des entreprises du Cantal dans la catégorie "Numérique" : la Miroiterie Laumond

Le lauréat de cette catégorie est la Miroiterie Claude Laumond. Cette société, qui emploie 35 personnes, est spécialisée dans la miroiterie et la menuiserie aluminium et travaille pour les particuliers, mais surtout les collectivités et les marchés publics.

Pour Michel Gennai, ce Trophée récompense "l'aboutissement d'une reprise qui s'est très bien passée et aussi une équipe qui a permis de développer la Miroiterie Laumond".

Michel Gennai dirige la Miroiterie Laumond, à Aurillac, depuis l’automne 2016. Il vient d’investir dans des machines numériques pour augmenter sa capacité de production.

D’un petit magasin familial, ouvert dans le centre-ville de la préfecture cantalienne dans les années 50, la Miroiterie Laumond est devenue aujourd’hui une société au rayonnement national.

Soixante ans plus tard, elle emploie vingt-huit personnes dans ses ateliers de 3.500 m2, boulevard du Vialenc, à Aurillac, et a généré un chiffre d’affaires de 7 M€ l’an dernier.

7 M€ de chiffre d’affaires en 2017

« Nous comptons également un deuxième site avec sept salariés à Figeac, dans le Lot », précise Michel Gennai, le patron aux commandes de cette société, active dans le vitrage, les vérandas, la conception et réalisation de façades, et la menuiserie alu.

Ces deux dernières années, il a poursuivi la stratégie entamée par son prédécesseur, Claude Laumond : développer le rayonnement de la société à travers la France. Quand Michel Gennai a repris la société, celle-ci réalisait alors 90 % de son chiffre d’affaires au niveau local. S’il a continué à travailler sur ce marché historique des particuliers et des collectivités, qui lui a rapporté près de 2M€ sur les 7 M€ réalisés en 2017, il a dû aller un peu plus loin géographiquement, « pour sécuriser l’entreprise ».

 

Actuellement, Laumond travaille sur des chantiers à Paris, en Ile-de-France, à Toulouse, à La Baule… « Aujourd’hui, la partie négoce en menuiserie aluminium fabriquée dans nos ateliers est en plein développement. »

Michel Gennai a pu, pour cela, s’appuyer sur son réseau professionnel, conforté au cours de ses trente ans d’expérience dans le domaine de la menuiserie alu, et sur les partenariats noués avec d’autres entreprises.

« Une carte à jouer en tant que spécialiste du sur-mesure »

Pour faire face à ce développement et rester compétitive, la miroiterie Laumond va également numériser sa production. Cet été, elle a investi 200.000 € dans une scie numérique et un centre d’usinage numérique. Cet investissement est couplé à la mise en place d’un module informatique d’usinage assurant une liaison directe entre le logiciel Techndesign et les machines.

« Nous avons l’engagement de notre principal fournisseur Technal pour nous accompagner dans cette démarche. Nous sommes pilotes sur ce projet pour l’intégration de cette nouvelle technologie. »

Pour Michel Gennai, Laumond a un vrai savoir-faire et des gens compétents. « Dans notre métier, il y a des industriels de la fenêtre, des petits aluminiers, et nous au milieu. Nous avons une carte à jouer en tant que PME spécialisée dans le sur-mesure. L’utilisation de ces nouveaux outils va permettre d’augmenter la capacité de production. » Et qui dit croissance, dit embauche, assure Michel Gennai. « Nous avons recruté trois personnes à la fabrication cet été. »

Nouveau logiciel sablage par zone

 

Le leader des sableuses pour le verre plat, le Grec Dynamiki propose pour l’ensemble de ses sableuses automatiques un nouveau logiciel pour sablage par zones. Ce logiciel offre ainsi de nouvelles possibilités de sablage en plus de celui déjà existant sur la sablage dégressif.

Pour plus d’informations glass@comascotec.com

Riou continue de mailler le territoire Français.

 

Nouvelle acquisition pour Riou glass avec le rachat du miroitier Catalan Badie Vitrage.

Badie vitrage très ancienne miroiterie fondée à Mazamet par le père du dirigeant actuel de Badie Vitrage.

Verre de Guardian pour Lyon Hôtel Dieu

 

Guardian Glass a été choisi pour presque toutes les parties des bâtiments, notamment la nouvelle Canopée  et les façades à double peau des bâtiments.

Le Grand Hôtel-Dieu était à l'origine un hôpital public ayant fonctionné pendant plus de huit siècles dans la ville de Lyon. En 2018, après six ans de rénovation, l'hôtel est considéré comme un monument historique et est considéré comme le plus important projet de conversion d'un monument historique mené par une organisation privée en France. Outre cet hôtel de luxe, il abrite des boutiques, des bureaux et des restaurants, ainsi que les jardins historiques désormais publics.

 

Didier Repellin, du cabinet d'architectes RL & Associés, a supervisé le projet. En tant qu'architecte en chef honoraire des monuments historiques et membre de la Société française du patrimoine (entre autres titres), il était le choix idéal pour la rénovation des bâtiments et des terrains. Sa vision était de tirer profit de l'histoire de la ville pour embellir les bâtiments anciens. Il l'a fait en respectant l'histoire de l'Hôtel-Dieu tout en rendant le terrain aux habitants de Lyon.

 

Guardian Glass a été choisi pour presque toutes les parties des bâtiments, notamment la nouvelle Canopée (lucarne) et les façades à double peau des bâtiments. Fabriquée avec Guardian SunGuard® SN 70/37 Ultra, la Canopée donne sur la cour intérieure et met en lumière les travaux de rénovation. Les fenêtres et façades de l’hôtel et des boutiques ont toutes été équipées du Guardian SunGuard® HD Neutral 67 équilibre idéal entre la transmission de la lumière et le facteur solaire.

Enlevée
Bannière
Bannière

 

 

Tables de découpe verre feuilleté

Même si le verre feuilleté et les tables correspondantes existent depuis de nombreuses années, la généralisation de ce type d’équipement à un grand nombre de miroiteries est récente et ce créneau est devenu fortement porteur pour les principaux fournisseurs de table de découpe du verre feuilleté du marché.

Découper du verre feuilleté signifie découper en même temps deux verres et la feuille de PVB présente entre eux.

Pour cela la table doit disposer d’un pont spécifique avec deux outils de découpe du verre (molettes) situées de part et d’autre du verre à découper, des outils pour rompre les deux verres après action des molettes, un système pour écarter les deux parties du verre et un équipement pour découper le PVB.

Concernant la découpe du PVB les fabricants proposent généralement deux technologies :

-Une résistance qui va chauffer le PVB et le rompre par écartement des deux parties découpées du verre feuilleté.

-Un cutter qui pénètre par le dessous du verre, utilise la fente effectuée dans le verre inférieur pour s’approcher du PVB et le découper.

 

Le cycle de travail est généralement le suivant :

-Approvisionnement du verre (la plus part des tables sont équipées d’un système de fourches basculantes qui permettent d’approvisionner la table)

-Positionnement du verre sous le pont de découpe (à l’aide de butées ou manuellement avec le coussin d’air suivant le type de découpe)

-Découpe du verre simultanément dessus et dessous.

-Rompage des deux verres ;

-Ecartement des deux parties du verre découpé.

-Découpe du PVB.

 

Une option relativement récente consiste en un logiciel d’optimisation de la découpe du feuilleté.

 

 

Mentionnons enfin une option présente sur la majorité des tables float qui permet de couper dans de bonnes conditions, mais seulement ponctuellement, du verre feuilleté.

Cette option consiste à avoir la possibilité de découper les deux faces du verre en retournant le plateau puis à utiliser un dispositif annexe (manuellement ou avec une résistance) pour découper le PVB. Elle nécessite une option dans le logiciel, des butées insérées sur le plateau de la table pour pouvoir le saisir et le retourner et un système de double zéro pour que la seconde découpe s’effectue correctement.