Miroiterie à vendre

 

Perspective départ en retraite début 2020 une miroiterie avec activité menuiserie aluminium et PVC est disponible à la vente.

 

L'entreprise dont le dirigeant est très connu et présent  sur le marché depuis de nombreuses années  possède un parc machines diversifié et est située dans une ville importante du Sud-Ouest.

Parc machines avec table de coupe, rectiligne, perceuse, machine à bandes...

Equipes de poseurs indépendants

 

 

Pour plus d'informations contacter Comascotec au 06 64 73 63 77 ou sur Glass@comascotec.com

 

 

Merci

Ferro modifie la direction de Dip-Tech

 

Erik de Jongh et Jens Risse, tous deux cadres supérieurs chez Ferro Corporation, dirigent conjointement Dip-Tech

 

 

03 décembre 2018 - Ferro, un fournisseur mondial de premier plan de revêtements fonctionnels et de solutions couleur pour le verre, et son entreprise Dip-Tech, un fournisseur mondial de solutions d'impression numérique sur verre vitrocéramique, ont le plaisir d'annoncer la nomination de M. Erik de Jongh et le Dr Jens Risse exerceront conjointement les fonctions de directeur général de Ferro Dip-Tech à compter du 1er décembre 2018.

 

Risse et de Jongh remplaceront le directeur général de Dip-Tech, Alon Lumbroso, qui partira à la recherche d'autres opportunités de carrière à partir du 31 janvier 2019. Lumbroso, qui a rejoint Dip-Tech en tant que PDG en 2015, a contribué à la croissance et au développement de la société. ainsi que sa vente à Ferro en août 2017, y compris les activités ultérieures d'intégration de l'entreprise dans l'organisation globale de Ferro. Sous sa direction, la société a récemment lancé sa technologie innovante Ultra-FIX pour le marché des appareils électroménagers, étendant les solutions segmentées de Dip-Tech à un nouveau marché, au-delà de l’architecture et de l’automobile.

 

Jens Risse travaille chez Ferro depuis 2001. Il est actuellement directeur commercial pour les spécialités industrielles en Europe et occupe également le poste de directeur de l'intégration Dip-Tech depuis l'acquisition. Il assumera son nouveau rôle de leader chez Dip-Tech tout en continuant à occuper le poste de directeur européen. Ses nouvelles responsabilités seront axées sur la croissance future de l’activité numérique: réalisation de projets de développement, intégration d’équipes de professionnels de terrain pour fournir des couleurs proches des clients, et développement des capacités de la décoration analogique traditionnelle avec des imprimantes et des encres de décoration numériques. solution stop-shop.

 

Erik de Jongh est responsable des ventes mondiales de Dip-Tech depuis plus de 10 ans. Il a occupé le poste de vice-président des ventes chez Dip-Tech et a continué à diriger les ventes après l'intégration à l'organisation Verro Performance Colors and Glass. Avec de nombreuses années d’expérience dans le domaine, de Jongh est bien connu des clients Dip-Tech et de l’organisation Ferro. Il occupera une position de leader en termes de vente et de marketing d’impression numérique à l’échelle mondiale, ainsi que de responsabilités supplémentaires en termes d’exploitation, de R & D, de chaîne d’approvisionnement, de ressources humaines et de finance, sous la responsabilité de groupes locaux.

 

«Alon Lumbroso a fait un travail remarquable pour faire progresser Dip-Tech, en encourageant une technologie d'impression numérique du verre de pointe et en aidant à développer la demande du marché, et nous le remercions sincèrement», a commenté le vice-président de Dieter Binder Ferro, Europe and Performance Colors and Glass. . «Les responsabilités de direction chez Dip-Tech sont désormais confiées à Erik de Jongh et Jens Risse. Avec leur expérience, leurs forces synergiques et leur connaissance des marchés de l'impression sur verre numérique et analogique et de la famille d'employés Dip-Tech, Erik et Jens sont particulièrement bien équipés pour gérer l'entreprise. Sous leur direction et avec nos ressources combinées, Dip-Tech et Ferro sont le fournisseur global de solutions de traitement de la couleur du verre pour l'impression et les revêtements analogiques et numériques destinés à nos marchés. "

 

Erik de Jongh a répondu: «Après plus d'une décennie de ventes importantes chez Dip-Tech, je suis honoré et excité d'assumer davantage de responsabilités au sein de l'organisation, aux côtés de mon estimé collègue, Jens. Je suis impatient de continuer à servir nos clients avec le même engagement et la même attention que Dip-Tech, qui s’enorgueillit d’intégrer pleinement l’avenir prometteur de Ferro et du verre numérique. ”

 

Jens Risse a ajouté: «Après avoir travaillé avec l'équipe Dip-Tech depuis l'acquisition, je connais bien les capacités et le potentiel incroyables de notre technologie d'impression numérique sur verre. Je suis très heureux de m'associer à Erik pour exploiter davantage les opportunités et les innovations de Ferro et Dip-Tech, afin de proposer une offre de verre numérique encore plus étendue tout en continuant à développer de nouvelles encres, de nouvelles technologies et à pénétrer davantage de marchés avec l'impression numérique. solutions."

ATLANTEM PARTICIPE AU DÉVELOPPEMENT DE LA CARTE DIDENTITÉ NUMÉRIQUE DE LA MENUISERIE

Déjà dynamique depuis plus de dix ans dans l’intégration d’accessoires connectés utiles à ses menuiseries, l’entreprise française ATLANTEM confirme son expertise en la matière

en participant au développement collectif de la carte d’identité numérique « Toutsurmamenuiserie.com »*. Cette démarche illustre son ambition de s’inscrire activement dans la transformation digitale et l’amélioration de la performance de

la filière et du bâtiment en général. Gage de sa volonté de transparence tant auprès

des professionnels installateurs et diagnosticiens que des particuliers, il fait ainsi apparaître un QR Code sur ses gammes. Le process a démarré avec la menuiserie innovante

AM-X et se déploiera sur les autres les prochains mois. Il permet de consulter une fiche pédagogique du modèle mentionnant :

- le nom du fabricant,

- les caractéristiques techniques,

- les performances,

- les certifications et labels,

- les conseils de pose et d’entretien.

L’outil propose ainsi une information immédiate et garantie à vie, ne nécessitant plus de se référer à

une brochure ou de contacter un commercial.

En cas de besoin, le client peut accéder directement aux informations via le site Toutsurmamenuiserie.com

en renseignant le numéro de série. Cet engagement, rassurant pour tous, garantit la qualité et la fiabilité du produit choisi pour son projet de construction ou de rénovation, et participe à la valorisation du patrimoine en cas de location ou de vente.

 

Glaston rachète Bystronic

 

Glaston Corporation renforce sa position de leader sur le marché des technologies de traitement du verre.

Glaston Corporation a signé un accord en vue de l’acquisition du groupe verre Bystronic. Le fournisseur mondial de machines, systèmes et services haut de gamme pour le traitement du verre plat appartient actuellement au holding industriel suisse Conzzeta AG.

 

Bystronic glass propose une gamme complète de produits, très complémentaires de ceux de Glaston, destinés aux marchés de l’architecture, de l’automobile et de l’écran.

 

Bystronic Glass jouit d'une forte reconnaissance de marque basée sur plus de 50 ans d'expérience dans le secteur et est un leader du marché doté d'une réputation inégalée en matière d'innovation et de qualité.

 

Chef de file en technologie, Glaston fournit des technologies et des services de traitement du verre pour les industries de l’architecture, de l’énergie solaire, des appareils électroménagers et de l’automobile. Il s'est engagé à servir ses clients avec le meilleur savoir-faire et les dernières technologies en matière de traitement du verre.

 

Grâce à cette combinaison, Glaston deviendra un acteur important du secteur des machines pour le verre en proposant une gamme complète de produits allant du traitement au trempé, au pliage et au laminage, en passant par la fabrication de verre isolant et la manipulation du verre, ainsi que dans les services de pré-traitement du verre d’affichage et d’automobile. À la suite de cette acquisition transformationnelle, Glaston disposera d’une offre unique et à valeur ajoutée qui profitera à ses clients.

 

Arto Metsänen, président-directeur général de Glaston, a déclaré: «Je suis très heureux d’accueillir l’équipe hautement professionnelle de Bystronic Glass à Glaston. Nous suivons l'entreprise depuis des années et nous sommes très impressionnés par la qualité de ses produits et par sa transformation en termes de performance opérationnelle et financière. Ensemble, nous deviendrons un acteur de premier plan sur le marché des technologies de traitement du verre au profit de nos clients. Grâce à nos capacités et à notre expertise combinées, nous pourrons proposer aux clients des équipements, des services et des solutions d'un fournisseur unique, optimisant ainsi les opérations des clients et générant de la valeur pour le client. ”

 

Burghard Schneider, PDG de Bystronic Glass, ajoute: «Nous sommes fiers de nos employés qui ont apporté des améliorations significatives au cours des dernières années. La transaction ouvrira un nouveau chapitre au profit de toutes les parties prenantes. Grâce à une meilleure réflexion sur les systèmes et à des capacités de recherche et développement renforcées, nous façonnerons les tendances du secteur en matière de solutions écoénergétiques et d'intégration numérique, conjointement avec nos nouveaux collègues de Glaston. Ensemble, nous pouvons encore mieux servir notre vaste clientèle mondiale et nous restons déterminés à fournir le traitement du verre plat de la meilleure qualité possible en termes de productivité, de qualité et de coût. "

 

La clôture de la transaction est attendue d'ici la fin du premier trimestre de 2019, sous réserve de l'approbation des autorités de contrôle. Glaston a obtenu un financement par emprunt et par capitaux propres, soumis aux conditions habituelles et au soutien d’une assemblée générale extraordinaire. Jusqu'à la clôture de la transaction, Bystronic Glass et Glaston continueront d'opérer en tant que deux sociétés indépendantes et la structure juridique restera inchangée.

 

Décision étrange et pour ne pas dire surprenante. Rappelons qu’un 2003, Glaston qui s’appelait à cette époque Tamglass avait racheté le leader Italien des machines de façonnage du verre plat Bavelloni et sa filiale de distribution Glasto. Ce rachat qui devait permettre de construire le leader incontesté sur ce marché s’était soldé une dizaine d’année après par la revente de Bavelloni qui était passé de plus de 600 salariés à moins de 200 avec une forte moins value faute d’avoir réussi la fusion des deux sociétés et aprés une cascade de dirigeants qui se seront succédés chez Glaston.

La revente de l’unité de fabrication de meules qui lors du rachat en 2003 était un bijou technologique avec une très forte rentabilité a été faite il y a quelques semaines.

Idem avec l’achat d’Albat et Wirsam et sa revente quelques années après.

De plus Bystronic est loin d’être la superbe société qu’elle était au début des années 2000 et est loin d’être leader sur ses deux principaux marché le vitrage isolant et la découpe.

Enlevée
Bannière
Bannière
Bannière

 

Vous trouverez à la fin de ce descriptif copie d'un article sur les biseauteuses rectilignes écrit pour la revue, Verre et Menuiserie actualité

 

 

Les biseauteuses rectilignes

 

Le biseau est sûrement l’une des choses les plus difficiles à réaliser en façonnage.

Pour le façonnage du joint, en fonction des machines et de l’opérateur on peut avoir différentes qualités acceptables. Pour le biseau non. Il s’agit d’un produit qui ne souffre aucune médiocrité. La réalisation doit être parfaite (pas de stries du diamant, pas d’ombre sur le biseau, pas de petits points, pas d'écailles … ) car le moindre défaut sera visible et fera rejeter le produit.

D’où l’importance de la qualité de la machine à acquérir et de la facilité à la régler.

Peu de machines sont  vraiment capables de répondre aux critères de qualité requis.

 

Le nombre minimal de meules pour réaliser un biseau est de 5

-Une meule diamantée métallique pour l’ébauche du biseau.

-Une meule diamantée bakélite.

-Une meule diamantée bakélite grain fin ( 700) ou une meule de polissage pour préparer la surface pour le polissage.

-Un feutre pour le polissage avec apport d’eau et d’oxyde de cérium.

-Il faut ajouter une cinquième meule (meule d’arête ou meule périphérique) pour casser l’arête et éviter au feutre de se déchiqueter.

Cependant si une biseauteuse avec 5 meules sera capable (dans le cas des meilleures machines qui ne sont pas nombreuses sur le marché) de réaliser un biseau correct, ce type de machine n’est pas idéale car beaucoup trop lente.

L’idéal est une machine comportant 7 meules (2 diamantées métalliques, deux diamantées bakélites, deux feutres et une septième meule pour casser l’arête de devant). Ce type de machine représente la majorité des machines présentes sur le marché.

Des machines plus importantes existent, soit pour améliorer la vitesse, soit pour réaliser en même temps que le biseau un joint.

 

En plus de la qualité de réalisation du biseau, il existe d’autres points à examiner.

-Le biseau tombe-t-il bien dans l’angle ?

-Facilité de réglage de la machine ?

-Programmation du biseau

Aujourd’hui grâce à l’électronique et à l’informatique embarquées dans la majorité des biseauteuses du marché, un opérateur expérimenté n’est plus indispensable pour piloter une biseauteuse.

-Compensation d’usure des meules (en particulier diamantées) afin que chaque meule travaille de façon optimale..

-Dimensions minimales du biseau

-Entretien

-Etanchéité du compartiment Cérium

Les deux circuits indépendants (eau pour les meules, eau + oxyde de cérium pour les feutres) se polluent l’un l’autre si l’étanchéité n’est pas efficace, ce qui induit des pertes en oxyde de cérium et des coûts de maintenance élevés ( étanchéité à refaire, avec changement de balais..) ;

 

Concernant l’élément essentiel d’une biseauteuse, le convoyeur central et la façon dont il va se déplacer, deux technologies existent (et toutes deux, toujours pour les meilleurs fabricants de biseauteuses du marché) donnent satisfaction. Guide sur lequel glissent les patins et système à roulement à billes.

Le biseau ne souffrant pas la médiocrité, peu de fournisseurs proposent des biseauteuses performantes, non seulement lors de l’achat de la machine, mais aussi dans le temps.

 

Les biseauteuses rectilignes

 

 

 

Le but de cet article est de décrire les différents types de biseauteuses rectilignes, leurs avantages et inconvénients.

A la fin de l’article seront mentionnés les principaux problèmes de qualité rencontrés et leur origine possible.

 

Introduction

Dans le domaine du façonnage du verre, le biseau est l’une des choses les plus difficiles à réaliser car le moindre défaut est visible, même par un non professionnel. C’est la raison pour laquelle les biseauteuses rectilignes sont, mécaniquement, les machines les plus sophistiquées. Pour atteindre un biseau parfait il faut atteindre une précision de l’ordre du micron.

 

 

A/La configuration des machines

1/ 5 meules : 3 diamants, une meule d’arête, un feutre

Combien de meules sont au minimum nécessaire pour réaliser un biseau et pourquoi?

Il faut d’abord :

a/Trois meules diamantées :

(Lorsque l’on parle de meules diamantées il s’agit à la fois de meules à liant métallique ou bakélite)

-La première ( métallique), avec un gros grain de diamant pour enlever la plus grande quantité de verre.

-La seconde ( bakélite) pour enlever le verre necessaire pour atteindre la dimension voulue de largeur du biseau et pour enlever les écailles créées par la première meule

-La troisième meule diamantée ( bakélite) essentiellement pour préparer la surface du biseau au polissage.

 

 

Par exemple pour un biseau de 30 mm

 

Biseau après passage de la première meule diamantée.

 

 

Après passage de la seconde meule dimantée

 

 

Après passage de la dernière meule diamantée

 

Le but de la dernière meule diamantée estd ‘enlever les stries laissées sur le biseau par les meules précédentes et de préparer le polissage final. A ce stade il doit rester seulement une "ombre" sur le biseau.

 

 

b/Un Outil de polissage

Soit un feutre ( de nombreuses compositions sont disponibles sur le marché, synthétique, laine….)  avec ajout d’un mélange eau+poudre de polissage ( par exemple Oxyde de cérium) soit du polyuréthane.

 

c/Une meule pour casser l’arête.

Cet outil est le moins connu mais pourtant indispensable.

En effet le talon du verre est brut de coupe et risque de déchiqueter l’outil de polissage. Il faut donc un outil pour "casser" l’arête, et positionné avant le feutre.

 

Nous avons maintenant la configuration minimale d’une biseauteuse rectiligne.

Avec ce type de machine on peut atteindre pour un biseau de 30 mm de large, à 6° une vitesse de 0.9 mètre par minute.

 

Toutes les vitesses mentionnées ici sont des vitesses moyennes dépendant en particulier de

-La qualité de la machine

-Ses réglages

-La performance des meules, en particulier des meules bakélites

 

 

2/Améliorer la configuration minimale

a/6 Meules

Pour comprendre la configuration des autres machines machines proposées sur le marché, il peut être intéressant d’examiner les problèmes non résolus par la machine précédente ( 5 meules).

Ils sont de deux ordres.

1-La vitesse

2-La qualité du joint

 

La qualité du joint

Les deux problèmes à résoudre sont

-Le côté coupant du talon

-Son aspect visuel

 

Le côté coupant n’est à prendre en compte que si le verre biseauté n’est pas inclus dans un cadre.

L’aspect visuel ( qualité du polissage) va dépendre de l’épaisseur du verre ( en effet pour un verre de 6 mm, biseau de 30 mm la largeur du joint est très faible et sa qualité de polissage difficilement identifiable).

 

La solution habituellement proposée pour résoudre ces deux problèmes est d‘ajouter deux meules périphériques ( diamantée + Polissage).

On a donc, toujours nos 3 meules diamantées, nos deux meules périphériqes ( la diamantée, permettant à la fois de casser l’arête et de roder le joint ) et un feutre.

Cependant, la présence habituelle dans une miroiterie d’une rectiligne enlève le principal intérêt de ce type de configuration pour une biseauteuse.

Les vitesse atteintes sont comparables à celle de la configuration précédente.

 

b/7 Meules

Pour améliorer la vitesse on peut se contenter d’ajouter simplement un feutre ( machine 6 meules) mais le gain en terme de vitesse est faible.

Il n’y a pas d’autres solutions pour augmenter sensiblement la vitesse que d’ajouter à la fois meules diamantées et feutres.

Si on ajoute une meule diamantée ( et obligatoirement un feutre ) on obtiend comme configuration

-4 Meules diamantées, une meule pour casser l’arête du talon et deux feutres.

 

Ou comme variante

-4 Meules diamantées, une meule périphérique permettant de casser l’arête et de roder le joint et deux feutres ( intéressante dans le cas de séries n’obligeant pas à régler la position de la meule périphérique).

 

La vitesse obtenue est pour un biseau de 30 mm ( 6°)  est de l’ordre de 1,8 mètre par minute.

Ce type de machine est une configuration très intéressante car on obtiend une bonne vitesse pour un budget réduit pas rapport aux grosses biseauteuses ( sans compter la place dans l’atelier). De plus, en cas de panne sur une des broches diamantées, il est possible de continuer à travailler en diminuant la vitesse. C’est ce qui explique le succés de ce type de machine dans la majorité des miroiteries.

 

 

c/8,9,10 Meules et plus

Pour continuer à améliorer la vitesse on va continuer à ajouter meules diamantés et feutres, mais en approchant d’une limite qui est la facilité du réglage de la machine. En effet, pour avoir une travail efficace et productif, chaque meule doit avoir un fonctionnement optimal, c’est à dire enlever la quantité de verre pour laquelle elle a été conçue. Si on reprend notre exemple d’un biseau de 30 mm, et si la première meule enlève du verre jusqu’à obtenir un biseau de largeur 27, il reste une largeur de 3 mm à répartir entre les cinq autres meules diamantées( ce qui signifie aussi de repositionner chaque meule régulièrement en fonction de leur usure), ce qui vous donne une bonne idée de la finesse et de la périodicité des réglages nécessaires.

 

La machine qui apporte une réelle amélioration par rapport à la précedente ( 7 meules) est celle qui comporte 6 meules diamantées, une meule pour casser l’arête et 3 feutres.

 

Toujours pour un biseau de 30 mm ( 6°) la vitesse atteinte est de l’ordre de 2.8 mètres par minute.

 

Des machines à 7 meules diamantées et 3 ou quatre feutres sont aussi proposées sur le marché.

 

On a atteind ici la vitesse maximale.

 

Certains fournisseurs proposent sur le marché une biseauteuse bilatérale. Si la solution semble séduisante pour accroitre la productivité, ce type de machine n’est pas vraiment facile à régler, et le marché reste pour le moment confidentiel.

 

d/L’amélioration de la qualité du joint

Les machines plus importantes vont avoir comme objectif de fournir une meilleure qualité de joint. Sachant que le nombre minimal de meules boisseaux pour obtenir un joint poli est de quatre ( diamanté et polissage pour le joint et une meule pour chaque arête) on arrive à des machines ayant 13 meules.

Ce type de machine est une bonne solution en cas de série sur des verres de faibles épaisseurs ( 8 mm à 10 mm maximum ) et nécessitant un joint poli. Pour des verres plus épaix, le nombre de meules pour réaliser le joint sera insuffisant et nécessitera le passage sur une rectiligne.

 

 

B/Les points clés

Dans une biseauteuse, vu le niveau de précision requis tout est important.

Cependant la façon dont le verre est convoyé à l’intérieur de la machine est fondamental, car c’est de cela que dépend la qualité et la rectitude du biseau. Deux solutions techniques sont présentes sur le marché concernant le convoyeur central. Un système avec guide en acier sur lequel glisse des patins et un système à roulements à billes. Les deux meilleurs fabricants de biseauteuses proposant chacun l’un des deux systèmes sont la preuve que les deux systèmes donnent de bons résultats.

Plus que le système il faut s’interroger sur la longévité du convoyeur central chez chacun des fournisseur potentiel car la moindre usure détèriorera la qualité du biseau.

Un second point important est le type d’ampéremètres pour les meules de biseau. Des ampèremètres digitaux, heureusement de plus en plus fréquents sur les machines permettront une compensation précise de l’usure des meules et un fonctionnement optimal de la machine, même en présence d’un opérateur moins qualifié.

Enfin la machine doit pouvoir disposer d’automatismes permettant la programmation de tous types de biseaux sans la présence d’un opérateur spécialisé dans le biseau.

 

 

 

C/Problèmes de qualité et solutions possibles

 

-Stries sur biseau

-Vitesse trop élevée

-Mauvais réglage des meules ( enlèvement)

-Qualité des meules bakélites

 

-Ecailles sur le talon du biseau

-La première meule enlève trop de verre

-Vitesse trop élevée

-Mauvais arrosage

 

-Griffes sur le biseau

-Il faut déterminer la meule qui en est la cause ( souvent meule à liant métallique), l’affuter et si le problème persiste changer son sens de rotation.

-Mauvais arrosage

 

-Mauvais polissage

-Réglage des meules bakélites

- Concentration du cérium insuffisante ( 50 g/l pour les cériums de meilleure qualité)

-Température du mélange eau+oxyde de cérium trop basse ou trop élevée

-Vagues sur biseau

-Vérifier l’empreinte et l’inclinaison des meules bakélites

-Piqures sur le biseau

-Meules bakélites enlèvent trop

-Mauvais arrosage

 

Conclusion :

Le biseau n’accepte pas la médiocrité. Contrairement au joint ou à d’autres façonnages, il n’existe pas différents niveaux de qualité. Le biseau est parfait ou sera invendable.

Il y a beaucoup de fournisseurs de machines présents sur le marché, mais seuls un nombre réduit sont capable de fournir des équipements permettant de réaliser des biseaux de qualité dans la durée.