Trophée des entreprises du Cantal dans la catégorie "Numérique" : la Miroiterie Laumond

Le lauréat de cette catégorie est la Miroiterie Claude Laumond. Cette société, qui emploie 35 personnes, est spécialisée dans la miroiterie et la menuiserie aluminium et travaille pour les particuliers, mais surtout les collectivités et les marchés publics.

Pour Michel Gennai, ce Trophée récompense "l'aboutissement d'une reprise qui s'est très bien passée et aussi une équipe qui a permis de développer la Miroiterie Laumond".

Michel Gennai dirige la Miroiterie Laumond, à Aurillac, depuis l’automne 2016. Il vient d’investir dans des machines numériques pour augmenter sa capacité de production.

D’un petit magasin familial, ouvert dans le centre-ville de la préfecture cantalienne dans les années 50, la Miroiterie Laumond est devenue aujourd’hui une société au rayonnement national.

Soixante ans plus tard, elle emploie vingt-huit personnes dans ses ateliers de 3.500 m2, boulevard du Vialenc, à Aurillac, et a généré un chiffre d’affaires de 7 M€ l’an dernier.

7 M€ de chiffre d’affaires en 2017

« Nous comptons également un deuxième site avec sept salariés à Figeac, dans le Lot », précise Michel Gennai, le patron aux commandes de cette société, active dans le vitrage, les vérandas, la conception et réalisation de façades, et la menuiserie alu.

Ces deux dernières années, il a poursuivi la stratégie entamée par son prédécesseur, Claude Laumond : développer le rayonnement de la société à travers la France. Quand Michel Gennai a repris la société, celle-ci réalisait alors 90 % de son chiffre d’affaires au niveau local. S’il a continué à travailler sur ce marché historique des particuliers et des collectivités, qui lui a rapporté près de 2M€ sur les 7 M€ réalisés en 2017, il a dû aller un peu plus loin géographiquement, « pour sécuriser l’entreprise ».

 

Actuellement, Laumond travaille sur des chantiers à Paris, en Ile-de-France, à Toulouse, à La Baule… « Aujourd’hui, la partie négoce en menuiserie aluminium fabriquée dans nos ateliers est en plein développement. »

Michel Gennai a pu, pour cela, s’appuyer sur son réseau professionnel, conforté au cours de ses trente ans d’expérience dans le domaine de la menuiserie alu, et sur les partenariats noués avec d’autres entreprises.

« Une carte à jouer en tant que spécialiste du sur-mesure »

Pour faire face à ce développement et rester compétitive, la miroiterie Laumond va également numériser sa production. Cet été, elle a investi 200.000 € dans une scie numérique et un centre d’usinage numérique. Cet investissement est couplé à la mise en place d’un module informatique d’usinage assurant une liaison directe entre le logiciel Techndesign et les machines.

« Nous avons l’engagement de notre principal fournisseur Technal pour nous accompagner dans cette démarche. Nous sommes pilotes sur ce projet pour l’intégration de cette nouvelle technologie. »

Pour Michel Gennai, Laumond a un vrai savoir-faire et des gens compétents. « Dans notre métier, il y a des industriels de la fenêtre, des petits aluminiers, et nous au milieu. Nous avons une carte à jouer en tant que PME spécialisée dans le sur-mesure. L’utilisation de ces nouveaux outils va permettre d’augmenter la capacité de production. » Et qui dit croissance, dit embauche, assure Michel Gennai. « Nous avons recruté trois personnes à la fabrication cet été. »

Nouveau logiciel sablage par zone

 

Le leader des sableuses pour le verre plat, le Grec Dynamiki propose pour l’ensemble de ses sableuses automatiques un nouveau logiciel pour sablage par zones. Ce logiciel offre ainsi de nouvelles possibilités de sablage en plus de celui déjà existant sur la sablage dégressif.

Pour plus d’informations glass@comascotec.com

Riou continue de mailler le territoire Français.

 

Nouvelle acquisition pour Riou glass avec le rachat du miroitier Catalan Badie Vitrage.

Badie vitrage très ancienne miroiterie fondée à Mazamet par le père du dirigeant actuel de Badie Vitrage.

Verre de Guardian pour Lyon Hôtel Dieu

 

Guardian Glass a été choisi pour presque toutes les parties des bâtiments, notamment la nouvelle Canopée  et les façades à double peau des bâtiments.

Le Grand Hôtel-Dieu était à l'origine un hôpital public ayant fonctionné pendant plus de huit siècles dans la ville de Lyon. En 2018, après six ans de rénovation, l'hôtel est considéré comme un monument historique et est considéré comme le plus important projet de conversion d'un monument historique mené par une organisation privée en France. Outre cet hôtel de luxe, il abrite des boutiques, des bureaux et des restaurants, ainsi que les jardins historiques désormais publics.

 

Didier Repellin, du cabinet d'architectes RL & Associés, a supervisé le projet. En tant qu'architecte en chef honoraire des monuments historiques et membre de la Société française du patrimoine (entre autres titres), il était le choix idéal pour la rénovation des bâtiments et des terrains. Sa vision était de tirer profit de l'histoire de la ville pour embellir les bâtiments anciens. Il l'a fait en respectant l'histoire de l'Hôtel-Dieu tout en rendant le terrain aux habitants de Lyon.

 

Guardian Glass a été choisi pour presque toutes les parties des bâtiments, notamment la nouvelle Canopée (lucarne) et les façades à double peau des bâtiments. Fabriquée avec Guardian SunGuard® SN 70/37 Ultra, la Canopée donne sur la cour intérieure et met en lumière les travaux de rénovation. Les fenêtres et façades de l’hôtel et des boutiques ont toutes été équipées du Guardian SunGuard® HD Neutral 67 équilibre idéal entre la transmission de la lumière et le facteur solaire.

Bannière
Bannière
Bannière

 

 

Trempe chimique du verre

 

1/Raisons et avantages de la trempe chimique du verre

La trempe chimique du verre est utilisée lorsque, en particulier, la trempe thermique n’est pas possible ou donnent des résultats incompatibles avec les propriétés recherchées.

C’est le cas pour :

-Les verres de faibles épaisseurs

Même si certains équipements permettent de tremper thermiquement des verres de 2 mm d’épaisseur, dans le cas d’épaisseurs inférieures à 3 mm, la trempe chimique donnent souvent de bien meilleurs résultats.

-Les verres bombés

La trempe chimique s’effectuant à une température inférieure à celle où le verre commence à se déformer, la forme géométrique n’est pas modifiée par la trempe chimique. Ceci est, en particulier, recherché lorsque le verre bombé doit être ensuite assemblé en feuilleté.

-La qualité optique

La trempe chimique donne de meilleurs résultats optiques que la trempe thermique.

-Lorsque qu’une dureté supérieure à celle obtenue par trempe thermique est requise.

La trempe chimique permet de multiplier par un coefficient compris entre 4 et 10 la dureté obtenue par trempe thermique, en jouant sur la longueur du cycle et la température du bain.

-L’absence de déformation de surface

La trempe chimique du verre permet de s’affranchir des déformations de surface pouvant résulter d’une trempe thermique.

-Façonnage après trempe

L’un des autres avantages de la trempe chimique du verre est que le verre peut être façonné  ( découpe, perçage, rodage et polissage….) après avoir été trempé.

 

Par contre la trempe chimique a une limite sur les dimensions des pièces de verre qu’il est possible de traiter par cette technique, liée à la taille maximale des fours disponibles sur le marché (actuellement 3200 x 2200).

Autre inconvénient en cas de bris de la pièce, il n’y a pas, comme dans le cas de la trempe thermique de réduction significative de la taille des morceaux. Pour cette raison seule la trempe thermique peut proposer des verres estampillés "Verres de sécurité". Pour répondre à cette exigence les verres trempés chimiquement doivent être feuilletés.

2/Caractéristiques de la trempe chimique du verre

L’objectif de la trempe chimique est ( comme dans le cas de la trempe thermique ) de mettre la surface du verre en compression afin d’augmenter de façon importante sa dureté. Dans le cas de la trempe chimique cette mise en compression est obtenue en remplaçant à la surface du verre (entre 20 et 100 microns) des ions sodium, par des ions plus gros, les ions potassium. Ces derniers ayant des propriétés chimiques très proches de celles des ions qu’ils vont remplacer, il n’y a pas de changement important des principales propriétés du verre.

Cet échange d’ions s’effectue en plongeant  le verre dans un bain de sels de potassium  fondus pendant des durées comprises entre 12 et 20 heures. La température du bain de sels et d’environ 400° Celcius.

Heat Soak Test,

 

Schéma des échanges d'ions lors de la trempe chimique du verre

3/Tableau comparatif verre trempé thermiquement ou chimiquement

 

 

 

Verre trempé thermiquement

Verre trempé chimiquement

Epaisseurs ( mm)

3 à 19

0.5 à 19

Compression de la surface      ( N/mq)

30/70

300/400

Epaisseur de la partie en compression

20% de l’épaisseur totale du verre

20 à 120 microns

Résistance à la flexion            ( N/mq)

120/200

250/600

Fragmentation en cas de casse

Petits fragments

Gros morceaux

Façonnage après trempe

 

Non

 

Oui ( découpe, rodage, polissage, perçage…)

 

 

 

4/Les principaux marchés de la trempe chimique du verre

La trempe chimique du verre est beaucoup plus onéreuse que la trempe thermique. Les marchés de la trempe chimique vont donc se trouver dans des applications où la trempe thermique rencontre des problèmes.

-Faibles épaisseurs

-Qualité (déformation, dureté, qualité optique..)

On va donc rencontrer la trempe chimique dans les secteurs aéronautiques et spatiaux, dans le domaine militaire, dans le domaine naval ( militaire et civil), dans le domaine automobile ( sur des secteurs très spécifiques), dans le domaine du luxe, dans l’électronique, dans le bâtiment ( applications spéciales sur des volumes bombés..) et plus généralement dans des secteurs plutôt de petites séries et demandant des contraintes spécifiques, en particulier dans le domaine de la déformation.

 

 

5/Conclusion

La trempe chimique du verre est une alternative à la trempe thermique lorsque celle-ci ne peut atteindre efficacement les spécifications requises. Mais afin de pouvoir répondre aux cahiers des charges spécifiques et garantir le niveau de qualité recherché, elle doit s’effectuer sur des installations automatisées et équipées de dispositifs de contrôle et de sécurité à même de fournir avec productivité et répétabilité le niveau de qualité exigé.