Baudin en liquidation judiciaire

 

 

Le fabricant français de rectilignes pour le façonnage du verre plat a été placé en procédure de liquidation judiciaire le

 

TRIBUNAL DE COMMERCE DE CUSSET Par jugement du 06/09/2022, BAUDIN (SARL) Zone Indstrielle 03320 LURCY LÉVIS (Fabrication et vente de machines industrielles de toutes sortes) a été place(e) en liquidation judiciaire 397 614 041 RCS CUSSET Date de cessation des paiements fixée au 06/03/2021 Liquidateur judiciaire : SELARL MJ DE L’ALLIER, Représentée par Maître RAYNAUD Pascal 2, rue de la Presle 03100 Montluçon

 

 

Lanzetta en dépôt de bilan

 

Le fabricant Italien d’outillages diamantés pour le verre plat, dirigé par le frère et la sœur Lanzetta a déposé son bilan

 

 

 

Clestra en redressement judiciaire

 

Le fabricant alsacien de cloisons en verre Clestra Hauserman, plombé par la situation économique et victime d'une cyberattaque massive, a été placé début août en redressement judiciaire pour six mois.

 

"On a ouvert une procédure de redressement judiciaire", a indiqué à l'AFP le greffe de la chambre commerciale du tribunal judiciaire de Strasbourg. Selon la CGT, majoritaire dans l'entreprise, cette période de redressement a été fixée à six mois, alors que l'entreprise avait demandé le 25 juillet à être placée en redressement pour trois mois.

 

Acteur important dans son secteur, Clestra, fabricant de cloisons de bureau et de "salles blanches", emploie quelque 700 personnes dans le monde mais cette décision de redressement ne concerne que ses 400 salariés français, dont 300 travaillent à Illkirch-Graffenstaden, dans la banlieue de Strasbourg. Sollicitée par l'AFP, la direction a indiqué "ne pas souhaiter faire de commentaires".

 

Une nouvelle audience, prévue le 12 septembre, "devrait permettre de faire le point sur les repreneurs potentiels

 

En dépit d'un carnet de commandes de 4 mois, Clestra a besoin de financements de l’ordre de 10 à 15 millions d’Euros, notamment après une cyberattaque "massive" subie par l'entreprise en avril qui lui a coûté entre "2 et 3 millions d'euros" et a longuement perturbé son activité, avait expliqué à l'AFP Amar Ladraa, membre CGT du CSE et responsable de la CGT Métallurgie Grand Est. Clestra est aussi en procès avec le bailleur de ses locaux d'Illkirch qui entend quasiment doubler le loyer annuel, actuellement de 1,3 million d'euros, selon M. Ladraa. Au total, l'entreprise aurait besoin "de 10 à 15 millions d'euros", avait-il estimé.

 

Clestra a en outre a été pénalisé par la perte de contrats.

Clestra, qui a rejoint en 2018 le groupe sud-coréen KC Green Holdings, a réalisé un chiffre d'affaires de 145 millions d'euros en 2021. En février, l'entreprise avait pris le contrôle de PPG Cleanroom, un concepteur et constructeur de "salles blanches" pour l'industrie, aux atmosphères très contrôlées, devenant un acteur de poids dans ce secteur.

 

Fondée en 1913 à Cleveland, aux Etats-Unis, avant de s'implanter en Alsace, l'entreprise avait déjà été placée en redressement en 2013. 150 emplois avaient été supprimés. Le groupe est devenu français en 1989 sous le nom de Clestra (contraction de CLEveland et STRAsbourg).


 

 

 

Battellino à Glasstec

 

Battellino sera présent à Glasstec du 20 au 23 septembre stand 17A15 Hall 17 avec sa gamme de rectilignes et son robot pour pose seconde barrière pour vitrage isolant.

 

Pour les rencontrer vous pouvez directement prendre rendez-vous sur le mail suivant

 

info@battellino.it

Bannière
Bannière

 

 

Commande numérique

 

Les commandes numériques sont des machines qui sont capables de tout faire  (ou presque). Les technologies sont fiabilisées et les grandes évolutions déjà effectuées.

Lorsque vous envisagez un investissement sur ce type de machine la première question à se poser est de lister soigneusement et en détail (nombre de volumes, caractéristiques dimensionnelles ..)

-l’ensemble des travaux qu’elle doit impérativement réaliser

-ceux qu’il pourrait être intéressant qu’elle réalise en les quantifiant (nombre, potentiel en chiffre d’affaire..)

Tout ceci pour bien définir les caractéristiques techniques de la commande numérique dont vous avez besoin. Vous n’avez pas forcément besoin de la machine la plus sophistiquée qui sera plus chère, moins facile à piloter et souvent moins fiable.

 

Pour simplifier il existe 3  grandes catégories de machines suivant le nombre d’axes de sa broche

-Les 3 axes ( XYZ) qui permettent de réaliser la grande majorité des façonnages sur le verre plat (découpe à la fraise, perçage par le dessus du volume, polissage extérieur et intérieur, écriture…)

-Les 4 axes ( XYZ et C, axe permettant de piloter l’angle de travail d’un outil par rapport à l’axe vertical)

L’axe C est principalement utilisé pour de la gravure, faire de la découpe en forme à l’aide d’un disque assiette, faire de la découpe droite (feuilleté ou autre) avec n’importe quel angle, réaliser certains types de biseaux simples et utiliser un renvoie d’angle (polissage boisseau en particulier).

Souvent est aussi appelé quatrième axe, la possibilité d’incliner la broche (le plus souvent avec un angle fixe) par rapport à l’horizontale

-Les 5 axes et plus qui vont permettre de réaliser tous les types de biseaux et d’autres travaux complexes

Le nombre d’axe est donc le premier critère de choix. Attention ! Certains axes qui sont mentionnés en option nécessitent  le plus souvent de changer la broche. Donc il ne s’agit plus d’une option mais d’une machine différente.

 

Le second critère va être la dimension maximale du volume qu’il sera possible de façonner sans interventions sur la machine. (Attention ! Certains fournisseurs continuent de mentionner sur leurs brochures la course maximale des axes et non les dimensions maximales du volume qu’il est possible de façonner en une seule fois).

 

Une fois ces deux critères pris en compte on a une idée plus précise de la configuration de la machine requise et il est possible de commencer à comparer les offres.

 

Certains points sont à regarder avec davantage d’attention :

1/L’assistance :

-A l’installation

-Journées de formation (et non d’installation, réglage et formation). S’il s’agit d’une première machine ou d’une machine complètement différente et d’un opérateur sans expérience sur ce type de machine il peut être intéressant de découper la formation en plusieurs modules afin de permettre à l’opérateur de bien assimiler la conduite de la machine.

-Assistance lors des premiers mois d’utilisation.

Indispensable car l’opérateur, même très performant ne peut tout enregistrer lors d’une formation relativement intensive de une à deux semaines et aura besoin d’une assistance au minimum téléphonique sur les premiers mois d’utilisation de la commande numérique.

 

-Dépannage

La majorité des problèmes (liés le plus souvent à des erreurs de programmation) peuvent se résoudre par téléphone. Une assistance téléphonique rapide et efficace est indispensable pour remettre en marche rapidement la machine. Il faut donc s’intéresser à la structure du fournisseur en la comparant au nombre de machines installées. Cette structure doit comporter obligatoirement au minimum un technicien uniquement dédié à l’assistance téléphonique et installé à demeure dans les locaux du fournisseur ou de sa structure commerciale.

 

2/Les différentes options disponibles, lors de l’achat et après la livraison.

Elles sont multiples et il n’est pas toujours facile de déterminer celles qui sont indispensables pour démarrer dans de bonnes conditions.

Si vous commandez une option après l’installation de votre machine il faudra prendre en compte les coûts (souvent non négligeables, surtout si le technicien vient de l’étranger) d’installation de cette option.

 

3/La programmation

Facilité, rapidité….

Durée pendant laquelle les mises à jour du logiciel vous sont adressée gratuitement. Lors de la démonstration il est important de venir avec le dessin d'un des volumes que vous avez l'habitude de réaliser pour voir concrètement comment cela se passe et non assister à une démonstration standard.

 

4/Les temps morts

Les solutions mises en place ont une influence non négligeable sur la productivité de la machine.

-Mise en place des volumes

-Chargement, déchargement

-Gabarit

-Compensation d’usure des meules

-…..

 

5/Les coûts de fonctionnement et d’entretien.

Certaines interventions nécessitent l’intervention obligatoire d’un technicien d’usine.

 

 

Le problème du biseau

De par la flexibilité du verre au-dessous des épaisseurs de 12 mm il est nécessaire que les parties du verre sur lesquelles le biseau va être réalisé repose sur une surface rigide et plane. D’où la nécessité de réaliser des contre gabarits ou de positionner, lorsque c’est possible, des ventouses sous toute la surface du verre.

La machine va travailler meule après meule. Ce qui veut dire que le travail est lent.

Le polissage à eau + oxyde de cérium liquide se fait généralement sans recyclage. Ce qui implique une pollution du circuit de refroidissement général et un coût de consommation d’oxyde de cérium à prendre en compte (surtout suite aux récentes augmentations vertigineuses du prix de ce type de produit).

La programmation du biseau est souvent complexe et demande un opérateur qualifié et chevronné.