Trempe chimique. Données techniques

Type de verre

Recuit

Durci

Thermiquement trempé

Chimiquement trempé

Epaisseurs de verre

2.3 à 19 mm

2.3 à 8 mm

3 à 19 mm

0.7 à 19 mm

Compression N/mq

0

30 à 70

30 à 70

300 à 400

Epaisseur de la zone traitée

0%

20 % de l’épaisseur du verre

20 % de l’épaisseur du verre

Jusqu’à 100 à 200 microns

Fragmentation

Gros morceaux

Morceaux moyens

Petits morceaux

Morceaux moyens

Le verre trempé thermiquement est le seul à être considéré comme verre de sécurité. Les autres verres doivent être montés en feuilleté.

La fédération française des professionnels du verre (FFPV) se scinde en deux

La fédération comporte dorénavant deux entités. L’UDTVP, union des transformateurs du verre plat et l’UDIVP, l’union des  installateurs du verre plat.

Redressement judiciaire miroiterie. Dépôt des créances

 

EURL MIROITERIE D'ECOGLASS située à Juillan (65290) a été déclarée en Dépôt de l'état des créances par le tribunal de TRIBUNAL DE COMMERCE DE TARBES le 27-10-2017.

Tremco poursuit son développement

 

Tremco propose des modules de formation sur ses produits, destinés aux menuisiers et façadiers sur ses sites de Lyon et Strasbourg.

La société Allemande poursuit sa croissance par le rachat de l’Anglais Adhere. Il réalise plus de 40 % de son chiffre d’affaires en France sur un total de 315 Millions d’Euros (chiffres 2016)

Bannière
Bannière
Bannière

 

 

Heat soak test

 

Un verre trempé dans les meilleures conditions peut se briser spontanément, bien après être sorti du four de trempe (sous un délai de quelques jours à quelques années sans qu'il ait été l'objet d'aucune contrainte mécanique extérieure (chocs, contrainte thermique...)). Cette casse, très pénalisante, tant au point de vue de la sécurité que de celui du coût  de remplacement (en particulier dans le cas des verres utilisés en façades, murs rideaux) est principalement due à la présence d'inclusions d'impuretés existant à l'intérieur du verre. L'une des impuretés le plus souvent responsable de cette casse est celle de Sulfite de Nickel, NiS.

 

Lors de la trempe du verre, entre 610 et 660°Celsius le sulfite de Nickel possède une structure cristalline qui n'est pas stable à la température ambiante. C'est le passage de cette structure cristalline non stable à une autre stable à la température ambiante (ce qui peut se produire des années après la trempe) qui va provoquer des tensions dans le verre et sa casse.

 

Verre brisé après Heatsoak test

 

Afin de détecter après la trempe les verres pouvant faire l'objet d'une casse spontanée avant qu'ils ne soient utilisés, un test a été imaginé, le Heat soak test. Il consiste en un traitement thermique additionnel (destructif dans le cas des verres défectueux) dans un équipement spécifique (four pour heat soak test).

Four Heat soak test société Keraglass

 

Dans ce type de four, les verres, après avoir été trempés sont soumis à un cycle de chauffe les amenant à environ 290°C, puis  laissés refroidir lentement. Ce cycle est destiné à accélérer le changement de structure cristalline des inclusions d'impuretés de Sulfite de Nickel et à donc provoquer la casse spontanée des verres à risques.

Sans qu'il représente une garantie totale d'absence de casses spontanées ultérieures, ce test représente une sécurité supplémentaire dans certains cas où le remplacement des verres trempés pourrait être particulièrement compliqué et onéreux et où la casse pourrait constituer un risque de blessures graves pour les individus.

Ce test est de plus en plus souvent demandé par les grands donneurs d'ordres.

Le coût de ce test renchérit d'environ 25% le prix d'un verre trempé.