Isolants thermiques en rénovation

Par Sophie Trachte et Dorothée Stiermon

Editeur EPFL

 

Ouvrage très technique et très complet sur les différentes techniques et les différents matériaux disponibles en rénovation thermique des constructions. Cet ouvrage décrit avec précisions les caractéristiques des différents matériaux présents sur le marché (isolants organiques, isolants minéraux naturels ou synthétiques, isolants composites, isolants innovants) en les décrivant (avec de nombreuses photos à l’appui) précisant leurs caractéristiques techniques chiffrées, leurs modes d’élaboration, et en balayant un grand nombre de critère permettant d’avancer vers le meilleur choix correspondant au matériau recherché .

Dans un chapitre complet il détaille leur influence sur la qualité de l’air et sur la santé. Il aborde ensuite sur une quarantaine de pages le cycle de vie des différents matériaux et leur impact environnemental.

Il aborde la notion de l’économie circulaire dans la conception et la mise en œuvre de ces différents matériaux.

 

Nombreux tableaux, articles scientifiques et thèses sur le sujet.

 

En annexe figure une liste de fabricants et producteurs

Riou glass rentre sur le marché espagnol

 

Aprés une série de rachats de miroiteries en France sur ces 15 dernières années, puis être rentré en Belgique ( Euroglass) et en Italie ( Cappelletti et Roleri ) en 2022, le groupe Riou glass s’attaque maintenant au marché espagnol en rachetant le catalan Vidresif situé à proximité de Géron. Vidresif est une importante miroiterie avec un CA de l’ordre de 25 millions d’Euros. Le groupe Riou transforme chaque année plus de 100 000 tonnes de verre plat dont il produit une grande partie sur son float de Salaise sur Sanne. Il réalisera sur 2023 un CA supérieur à 260 millions d’Euros avec 1300 salariés et 26 unités de production

 

Bavelloni à GlassBuild AMERICA 2023

 

Bavelloni sera présent au salon GlassBuild AMERICA 2023, le plus grand salon pour le verre, la fenêtre et la porte en Amérique du Nord, du 31octobre au 2 Novembre sur le stand 3631.

Bavelloni présentera son nouvel angle variable VE 500 V10 SCS mitering machine.

Cette rectiligne pouvant façonner des volumes importants (et donc lours). L’option SCS gère automatiquement la position des meules pour assurer la meilleure qualité possible.

Bavelloni présentera aussi la biseauteuse, VB350 CNS? LA TABLE DE COUPE REV 372 SR cutting table,

 

Pour obtenir votre ticket d’entrée utilisez le code Bavelloni Customer Guest Pass Code 23GBAEXH.

Affutage des forêts diamantés pour le verre plat

La partie active d’un forêt diamanté, celle qui va permettre de percer le verre est constituée de grains de diamant. Ces grains de diamant sont noyés dans un alliage métallique qui a pour objectif de libérer peu à peu le diamant en surface du forêt diamanté de façon à pouvoir percer le verre.

En perçant le verre la partie supérieure du diamant va se briser peu à peu.

Ce liant doit s’user à la même vitesse que le diamant. S’il s’use trop vite il y a trop de diamant en surface et le forêt va s’user très rapidement et il y a un risque que le perçage se fasse avec des écailles. S’il s’use moins vite que les particules de diamant il n’y aura pas assez de grains de diamant en surface et le forêt ne percera plus le verre correctement. Dans ce dernier cas il faut affuter le forêt de façon à user le liant et refaire apparaitre des grains de diamant en surface. On utilise pour cela des pierres synthétiques, généralement en oxyde d’aluminium.

Mais le besoin d’affutage des forêts devrait être rare, du moins pour les meilleurs forêts diamantés. En effet les fournisseurs qui sont dans ce cas utilisent des liants qui s’usent à la même vitesse que le diamant et donc sans besoin d’affutage.

L’affutage est un réel problème dans le cas des perceuses automatiques.

Bannière
Bannière
Bannière
Bannière

 

Les différents types de verres

 

A partir du verre provenant d'un float on va trouver différents types de verre :

-Le verre imprimé

Avant d’être complètement refroidi le verre est passé entre deux rouleaux revêtus d’un motif décoratif afin de le reproduire de manière répétitive sur les deux faces du verre. Le verre imprimé se présente assez souvent sous forme de verre coloré.

Exemple de verre imprimé

L’application est le plus souvent en décoration intérieure ( portes, cloisons, parois de douche..).

-Le verre armé

A l’intérieur d’un four une armature en métal est introduite à l’intérieur du verre.

 

Ici l'objectif est surtout d'améliorer la sécurité

-Le verre sablé

La projection de sable sous pression ( environ 8 bars) va opacifier le verre en enlevant de quelques microns à quelques millimètres de verre ( en fonction de l’effet désiré). La surface devenant rugueuse perd sa transparence. Plus la quantité de verre enlevée est importante plus on parlera de sculpture.

On peut opacifier toute la surface ou en protéger une partie ( par des motifs géographiques ou artistiques). On peut même travailler dans la profondeur du verre en enlevant les protections les unes après les autres et avoir un effet sculpture.

 

Porte en verre sablée

( Entreprise Signal décors 54). Montée en double vitrage.

 

 

 


 

Bâtiment revêtu d’une composition de verres sablés représentant le visage de la Joconde. ( Signal décors)

 

 

 

-Le miroir

Le verre est revêtu sur une de ses faces de nitrure d’argent, ce qui lui permet de réfléchir à 100% la lumière.

 

-Verres gravés

Le verre est en surface usiné mécaniquement à l’aide de meules afin d’obtenir un effet décoratif.

 

 

A gauche un verre gravé à côté d'exemples divers de façonnages.

 

-Les verres à couches

C’est la grande innovation de la fin du XX siècle. Cela consiste à déposer sur l’une ou les deux faces du verre des produits ( métaux, oxydes, nitrures…) qui vont permettre de donner au verre les propriétés souhaitées. Ces couches sont d’une épaisseur de l’ordre de la dizaine de nanomètres ( 1/1 000 000 mm).

Les verres à couche les plus simples comportent au minimum 6 couches. Mais certains verres en comportent plus de 20 ( verres automobiles)

-Anti-reflet

L’objectif est d’empêcher que l’image des objets qui entourent ce verre  ne se réfléchissent sur lui, affectant sa transparence. Il est en général revêtu des deux côtés d’un oxyde métallique. Il est utilisé dans des vitrines de présentation ( musée), dans les verres de protection de tableaux…

-Anti-buée

Le verre de vos lunettes, si vous en portez, est certainement un verre à couche anti-buée.

-Verre auto-nettoyant

Le produit déposé (oxyde de Titane) est un catalyseur qui, sous l’effet du soleil va décomposer et fragmenter les poussières et les graisses qui se déposent sur le vitrage. Et par son action hydrophile il aidera l’eau de pluie à complètement débarrasser le vitrage des résidus.

-Verre anti-bactérien

Le verre a pour objectif de détruire les bactéries afin d’en limiter la prolifération ( milieu hospitalier). L’objectif donné par le premier fabricant qui a mis ce verre sur le marché, AGC, est d’éliminer 99,9% des bactéries et de stopper la prolifération des champignons.

-Verre faiblement émissifs

Destiné à réfléchir les infrarouges, donc à conserver la chaleur où elle est souhaitée ( à l’extérieur l’été et à l’intérieur l’hiver).

-Verre hydrophobe

L’objectif est que le verre soit non mouillable, c’est à dire que l’eau ne puisse pas s’y déposer et que les gouttes ne s’écrasent pas. Application par exemple sur les pare-brise d’avions.

Ces types de verre ont été conçues à partir de l’observation et de l’étude de la surface des feuilles de lotus qui ont la propriété de ne pas retenir l’eau de pluie.

 

-Verre réfléchissant

Le verre va réfléchir les infra-rouges les empêchant de pénétrer dans la zone protégée par ce verre.

 

Ces verres à couches sont en général composés de plusieurs couches

-Une couche servant à l’accrochage sur le verre

-Une ou plusieurs couches permettant d’obtenir la ou les propriétés recherchées

-Une couche de protection

 

Ces dépôts peuvent se faire de plusieurs façons

-Verres pyrolitiques

On dépose par pulvérisation les composés sur le verre encore chaud. Le dépôt va pénétrer superficiellement dans le verre en modifiant en surface sa composition.

Ce type de dépôt permet d’obtenir des verres qui n’ont pas besoin d’être protégés.

 

-Dépôts sous vide

Le verre est introduit en continu dans un four sous vide où les produits sont déposés à l’aide d’un champ électrique.

 

On distingue les verres à couches dures qui n’ont pas besoin d’être protégés des intempéries ou des agressions mécaniques et donc peuvent être utilisés sans précautions particulières et les verres à couche tendre où la couche est fragile. Dans ce dernier cas la face où se situe la couche doit être intégrée à l’intérieur d’un double vitrage ou d’un verre feuilleté.

 

Le verre feuilleté

On va assembler deux ou plusieurs verres en intercalant entre eux des feuilles de plastique       ( PVB) afin de constituer des ensembles répondant aux propriétés recherchées. On jouera sur le nombre de verres et de couches de PVB, leur épaisseur….

-Sécurité

Lorsque l’un des verres se brise les morceaux restent fixés sur le PVB ce qui empêche tout risque de blessures. C’est en particulier le cas de certains verres automobiles ( pare-brises), de verrières, garde-corps…