Poste de poseur miroiterie Charignon

 

Dans le cadre de son développement, la miroiterie Charignon, recherche des menuisiers poseurs (H/F)

Vous souhaitez intégrer une équipe dynamique et ambitieuse ? Vous avez envie de vous lancer dans une petite structure familiale et apprendre à travailler le verre ? Vous êtes manuel, motivé, soigneux et vous avez l’esprit d’équipe ?

 

Ce poste, est disponible immédiatement sur le secteur Couzon au mont d’or (69). 35h sur 4 jours (7h45-12h30 / 13h30- 17h30) - Rémunération intéressante entre 2000 et 2600 Brut + primes + mutuelle prise en charge à 80% Rejoignez notre groupe à taille humaine où nous visons l’excellence et l’exemplarité, dans une ambiance détendue, où nous avons à cœur de favoriser votre réussite professionnelle.

 

Contact : nicolas.caporali.amneo@gmail.com - Tél 06 35 33 34 17

Pyroverre rachète la miroiterie Cluzel

 

 

Pyroverre est un transformateur de produits verriers basé à Châteauneuf-du-Rhône (Drome), stockeur et distributeur des verres de résistance au feu de Pilkington (NSG group) pour la partie sud du territoire français.
La société créée en 2010, est spécialisée dans la transformation de produits verriers Pilkington Pyrostop et Pilkington Pyrodur. Elle coupe du verre sur mesure pour une clientèle constituée de particuliers miroitiers et de menuisiers. Son bureau d’études se consacre aux demandes spécifiques des clients pour assurer la conformité au regard de la réglementation incendie.
En 2015, la société Côté Verre fondée par Maryline Pereira, rejoint le groupe pour proposer la vente en ligne de tous types de vitrages découpés, façonnés puis expédiés depuis l’atelier de production. L’outil de configuration en ligne permet aux clients de passer facilement et directement commande sur le site.

 

 

Pourquoi la miroiterie Cluzel ?

Nous avons demandé à Mathieu Guenin, gérant de la société, de nous exposer les raisons de cet achat. Mathieu Guenin et Maryline Pereira savent que la mise en œuvre est la continuité de l’activité de Côté Verre, la demande de la clientèle locale étant récurrente et de plus en plus importante. Ils constituent alors une équipe de pose. Ils se sont rendu compte rapidement qu’il serait plus simple de faire une opération de croissance externe. Ils s’intéressent à une éventuelle acquisition et ont trouvé la miroiterie Cluzel à Montélimar, à proximité de Châteauneuf-du-Rhône. La gérante, Danielle Fargier, désirait prendre sa retraite. Elle était secondée par Éric Coin sur le plan technique possédant un savoir-faire solide.
L’équipement de l’entreprise permet de réaliser la coupe, le façonnage et le perçage du verre plat nécessaire dans une miroiterie. Elle est dotée d’une camionnette avec un portique porte-verre. Le magasin a une surface de 80 m2 et l’atelier de 160 m2.
La clientèle est essentiellement constituée de particuliers et de professionnels ainsi que des administrations locales.

Intégration et transformations

La reprise s’est effectuée à la fin du mois de janvier 2021. Mathieu Guenin a recruté Paul Fabre comme responsable d’agence ainsi que Dorotea Nacasabog assistante commerciale. Dannielle Fargier les accompagnera pendant trois mois pour leur transmettre ses connaissances, tandis qu’Éric Coin poursuivra son activité de conseil, coupe et pose du verre.
Le magasin existant accueillera un nouveau show-room sous la forme d’un appartement témoin pour valoriser l’offre de la miroiterie en présentant les produits en situation. Des garde-corps, des crédences de cuisine, une dalle de sol, un escalier et un miroir diélectrique cachant un écran. Le chiffre d’affaires d’environ 300 000 euros devrait grimper rapidement à 600 000 euros.
Bien que la crise sanitaire ait légèrement impacté l’activité de Pyroverre en raison de l’arrêt des chantiers pendant la crise sanitaire, Mathieu Guenin reste optimiste et pense que l’économie française va connaître un rebond rapide. Parallèlement, la vente en ligne via le site Côté Verre connaît une croissance importante précise Maryline Pereira.

 


Nouveau float en France

 

Le groupe Glass Trösch va investir dans la construction d’un nouveau four sur son site français de Homboutg en remplacement du four actuel de 2008 qui arrivait en fin de vie.

De plus une extension du site sur 45000 m² est prévu.

 

La production d’un autre site y sera aussi transféré courant 2023, avec arrivée de 80 salariés.

Amélioration de nos meules résines diamantées, façonnage du verre plat.

 

Nous avons allégé le corps de la meule demandant ainsi moins de puissance au moteur pour la mettre en action.

 

Des stries ont été dessinées sur la base intérieure pour avoir une meilleure répartition de l’eau de refroidissement et donc un meilleur refroidissement de la meule et du verre.

 

Nous avons augmenté la rigidité du corps de le meule et l’équilibrage pour une rotation sans à-coup.

 

Nous avons conservé les mêmes liants, ces améliorations ayant pour but d’améliorer les performances mécaniques de nos meules résines

 

Plus d'info sur glass@comascotec.com

Bannière
Bannière

Cekal précise les avantages des verres certifiés

 

A l’occasion du Mondial du Bâtiment, l’organisme certificateur des vitrages Cekal, a organisé sa conférence bisannuelle sur le thème « Verre et urbanisme : sécurité, qualité de vie et vitrages certifiés ». Pour aborder ces thématiques, cinq experts ont été conviés. L’objectif : mettre en avant les atouts et les performances des vitrages trempés et feuilletés, promouvoir leurs usages et valoriser le marquage Cekal.

 

 

Un bon vitrage n’est pas uniquement synonyme de transparence, isolation thermique et acoustique ou encore de confort d’été. Il est également gage d’une meilleure qualité de vie. C’est pour rappeler les atouts des vitrages qu’il certifie que Cekal a organisé, sur Batimat, sa conférence bisannuelle. Le thème choisi ? « Verre et urbanisme : sécurité, qualité de vie et vitrages certifiés ». 

Lors d’une table ronde, cinq experts se sont relayés pour apporter leur éclairage et leurs témoignages croisés sur les thématiques de la qualité urbaine, de la réglementation et de la certification. Il s’agissait aussi de présenter des réalisations exemplaires et de revenir sur l’usage des vitrages certifiés Cekal. 

Le verre, gage de sécurité

Sylvie Laroche, chercheure au Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’Environnement Urbain (Cresson) a rappelé l’importance d’aborder l’espace habité « en termes de nuisance, de fonction, de confort, de paysage et d’ambiance par des logiques combinées d’esthétisme, d’usage et de sensation ». 

« Le verre, par ses jeux de transparence et de lumière, par ses performances thermiques, acoustiques et de sécurité génère naturellement une sensation de confort et de bien-être dans les espaces habités. Le matériau permet aussi de jouir pleinement du bâti, de l’espace et l’environnement », a-t-elle estimé. 

Marc Warnery, directeur général, architecte associé de Reichen et Robert & Associés, s’est lui référé aux opérations de requalification urbaine visant à réintroduire en milieu urbain « chaleur, nature et humanité ». Prenant l’exemple des réalisations de son agence, il a déclaré : « La coexistence de plusieurs fonctions au sein d’un même espace, la recherche de fluidité spatiale, le rapport au contexte, les logiques de construction, l’éthique de l’architecture, sont les thèmes récurrents de leur travail qui fait la part belle au matériau verre ». 

Les notions de « lumière » et de « transparence » ont ensuite rythmé le discours de Fabienne Couvert, architecte et directrice de l’architecture et de l’urbanisme (groupe Arep). « La lumière et la matériau verre constituent depuis toujours une combinaison inscrite dans l’imaginaire des gares. C’est pourquoi les récentes réalisations font la part belle au matériau, capable d’offrir, par des jeux de lumière et de transparence, une sensation de confort, d’esthétisme et de sécurité propice à la fluidité des déplacements et de s’inscrire dans l’environnement et le patrimoine ». 

Un matériau qui évolue

Pierre Martin, spécialiste nationale « Façades légères – Ouvrages verriers – Menuiseries extérieures, APAVE » a lui apporté son expertise quant à la réglementation qui définit les types de vitrages utilisables selon le type d’ouvrage, sa localisation et les typologies de risques. Il a rappelé que le DTU 39 « Travaux de vitrerie – miroiterie » est le texte principal auquel « il convient de se référer ». Le texte a bénéficié en 2017 d’une simplification et d’une prise en compte adaptée des risques sismiques. « La maîtrise des risques techniques a, entre autres, pour objectif d’assurer la sécurité des usagers par des vitrages de sécurité, en cas de séisme, lors de l’utilisation des ouvrages, vis-à-vis des risques de chute dans le vide, de chute d’éléments dangereux, de blessure en cas de heurts ou encore en cas d’incendie », a-t-il souligné. 

La conférence a bien sûr compté sur la participation d’un représentant Cekal. Se référant tout d’abord aux aspects de sécurité, Jérôme Carrié, secrétaire général de l’organisme certificateur, a rappelé que pour la sécurité des personnes, « il existe 2 classes 2B2 (heurts) et 1B1 (heurts et chutes) ». Pour la sécurité des biens, « on distingue les classes P1A à P5A (résistance au vandalisme), et les classes P6B et P7B (résistance à l’effraction). » 

Il est également revenu sur les performances des vitrages. Le vitrage trempé assure « une résistance accrue aux contraintes mécaniques et thermiques et un moindre risque de blessures par la fine fragmentation du matériau en une multitude de petits morceaux, assurant un moindre risque de blessure en cas de bris ». 

Le vitrage feuilleté, composé de deux ou plusieurs verres assemblés entre eux à l’aide d’un ou plusieurs intercalaires, peut se casser, a-t-il précisé, mais la plupart du temps des éclats restent collés à l’intercalaire, ce qui assure « une protection des personnes et des biens ». 

Concernant le marquage Cekal, il porte sur la qualité des vitrages : assemblage, durabilité, performances. Il est attribué sur la base d’audits et essais pour une durée de 6 mois. 

« Pour les vitrages trempés, les critères de conformité portent sur la qualité de la trempe thermique : fragmentation et contraintes de surface. Pour les vitrages feuilletés, les critères de conformité portent sur l’état de la zone périphérique après vieillissement accéléré » a finalement rappelé l’organisme certificateur.