Glasstec 2020 annulé et reporté sur 2021

 

 

Les effets de la crise sanitaire du Coronavirus et les annulations de certains exposants (Guardian, MSK….) ont obligé les organisateurs du salon allemand Glasstec 2020 à reporter leur manifestation sur 2021. Compte tenu des incertitudes persistantes en termes de restrictions de voyage et de dispositions de quarantaine sur les principaux marchés cibles, Messe Düsseldorf a opté en faveur de ces nouvelles dates en étroite coordination avec le conseil consultatif du salon et tous les partenaires impliqués. Rappelons que le salon le plus important de l'industrie du verre était initialement prévu du 20 au 23 octobre prochains. Messe Düsseldorf est déjà en train de coopérer avec les associations pour offrir des formats de services numériques pour 2020 dans le but de rapprocher les clients et les exposants et de mettre numériquement les informations et les gammes disponibles pour Glasstec à la disposition des visiteurs professionnels intéressés par les dates originales du salon.

 

Quid de Vitrum 2021 ?

Artibat reporté sur 2021

ARTIBAT : Reporté aux 13, 14 et 15 octobre 2021

 

Au regard de la gravité de la crise sanitaire et de ses impacts économiques qui menacent l’ensemble des acteurs du bâtiment, c’est avec regret que la CAPEB Pays de Loire, organisatrice du salon, a pris la décision de reporter l’édition 2020 d’ARTIBAT aux 13, 14 et 15 octobre 2021.

 

Décision sage s’il en est !

L’ancien dirigeant de la miroiterie Schultz président de la CPME 53

 

 

Raphaël Alexandre a été désigné président de la CPME 53, la confédération des petites et moyennes entreprises de la Mayenne, jeudi 9 janvier 2020. Ce n’est pas son premier mandat au sein de l’institution : il a déjà occupé les postes de vice-président à l’industrie et à l’artisanat.

Directeur de la miroiterie Schultz à Saint-Berthevin jusqu’en 2016, Raphaël Alexandre a créé en 2018 l’agence Cheval et Patrimoine spécialisée dans le tourisme équestre. « Nos adhérents se composent essentiellement d’artisans qui travaillent seuls, rappelle le nouveau président. Notre mission reste de les aider au quotidien. »

Mousset s’intègre dans le transport de portes et fenêtres

 

Le transporteur Vendéen déjà présent sur ce créneau par lots vient de reprendre Raud spécialiste du transport de portes et fenêtres sur chantiers qui transporte chaque semaine 50 000 portes, fenêtres et baies vitrées.

 

La société a prévu une levée de fonds de 30 millions d’Euros en haut de bilan et dettes avec ouverture du capital aux employés et chauffeurs.

Bannière
Bannière

Cekal précise les avantages des verres certifiés

 

A l’occasion du Mondial du Bâtiment, l’organisme certificateur des vitrages Cekal, a organisé sa conférence bisannuelle sur le thème « Verre et urbanisme : sécurité, qualité de vie et vitrages certifiés ». Pour aborder ces thématiques, cinq experts ont été conviés. L’objectif : mettre en avant les atouts et les performances des vitrages trempés et feuilletés, promouvoir leurs usages et valoriser le marquage Cekal.

 

 

Un bon vitrage n’est pas uniquement synonyme de transparence, isolation thermique et acoustique ou encore de confort d’été. Il est également gage d’une meilleure qualité de vie. C’est pour rappeler les atouts des vitrages qu’il certifie que Cekal a organisé, sur Batimat, sa conférence bisannuelle. Le thème choisi ? « Verre et urbanisme : sécurité, qualité de vie et vitrages certifiés ». 

Lors d’une table ronde, cinq experts se sont relayés pour apporter leur éclairage et leurs témoignages croisés sur les thématiques de la qualité urbaine, de la réglementation et de la certification. Il s’agissait aussi de présenter des réalisations exemplaires et de revenir sur l’usage des vitrages certifiés Cekal. 

Le verre, gage de sécurité

Sylvie Laroche, chercheure au Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’Environnement Urbain (Cresson) a rappelé l’importance d’aborder l’espace habité « en termes de nuisance, de fonction, de confort, de paysage et d’ambiance par des logiques combinées d’esthétisme, d’usage et de sensation ». 

« Le verre, par ses jeux de transparence et de lumière, par ses performances thermiques, acoustiques et de sécurité génère naturellement une sensation de confort et de bien-être dans les espaces habités. Le matériau permet aussi de jouir pleinement du bâti, de l’espace et l’environnement », a-t-elle estimé. 

Marc Warnery, directeur général, architecte associé de Reichen et Robert & Associés, s’est lui référé aux opérations de requalification urbaine visant à réintroduire en milieu urbain « chaleur, nature et humanité ». Prenant l’exemple des réalisations de son agence, il a déclaré : « La coexistence de plusieurs fonctions au sein d’un même espace, la recherche de fluidité spatiale, le rapport au contexte, les logiques de construction, l’éthique de l’architecture, sont les thèmes récurrents de leur travail qui fait la part belle au matériau verre ». 

Les notions de « lumière » et de « transparence » ont ensuite rythmé le discours de Fabienne Couvert, architecte et directrice de l’architecture et de l’urbanisme (groupe Arep). « La lumière et la matériau verre constituent depuis toujours une combinaison inscrite dans l’imaginaire des gares. C’est pourquoi les récentes réalisations font la part belle au matériau, capable d’offrir, par des jeux de lumière et de transparence, une sensation de confort, d’esthétisme et de sécurité propice à la fluidité des déplacements et de s’inscrire dans l’environnement et le patrimoine ». 

Un matériau qui évolue

Pierre Martin, spécialiste nationale « Façades légères – Ouvrages verriers – Menuiseries extérieures, APAVE » a lui apporté son expertise quant à la réglementation qui définit les types de vitrages utilisables selon le type d’ouvrage, sa localisation et les typologies de risques. Il a rappelé que le DTU 39 « Travaux de vitrerie – miroiterie » est le texte principal auquel « il convient de se référer ». Le texte a bénéficié en 2017 d’une simplification et d’une prise en compte adaptée des risques sismiques. « La maîtrise des risques techniques a, entre autres, pour objectif d’assurer la sécurité des usagers par des vitrages de sécurité, en cas de séisme, lors de l’utilisation des ouvrages, vis-à-vis des risques de chute dans le vide, de chute d’éléments dangereux, de blessure en cas de heurts ou encore en cas d’incendie », a-t-il souligné. 

La conférence a bien sûr compté sur la participation d’un représentant Cekal. Se référant tout d’abord aux aspects de sécurité, Jérôme Carrié, secrétaire général de l’organisme certificateur, a rappelé que pour la sécurité des personnes, « il existe 2 classes 2B2 (heurts) et 1B1 (heurts et chutes) ». Pour la sécurité des biens, « on distingue les classes P1A à P5A (résistance au vandalisme), et les classes P6B et P7B (résistance à l’effraction). » 

Il est également revenu sur les performances des vitrages. Le vitrage trempé assure « une résistance accrue aux contraintes mécaniques et thermiques et un moindre risque de blessures par la fine fragmentation du matériau en une multitude de petits morceaux, assurant un moindre risque de blessure en cas de bris ». 

Le vitrage feuilleté, composé de deux ou plusieurs verres assemblés entre eux à l’aide d’un ou plusieurs intercalaires, peut se casser, a-t-il précisé, mais la plupart du temps des éclats restent collés à l’intercalaire, ce qui assure « une protection des personnes et des biens ». 

Concernant le marquage Cekal, il porte sur la qualité des vitrages : assemblage, durabilité, performances. Il est attribué sur la base d’audits et essais pour une durée de 6 mois. 

« Pour les vitrages trempés, les critères de conformité portent sur la qualité de la trempe thermique : fragmentation et contraintes de surface. Pour les vitrages feuilletés, les critères de conformité portent sur l’état de la zone périphérique après vieillissement accéléré » a finalement rappelé l’organisme certificateur.