Open Days, Swiss School of Stained Glass

 

Saturday, November 30 from 10 to 17 hours

 

Presentation of the work of students in training, demonstrations, workshops for adults and children ...... ..

 

Swiss School of Stained Glass

Venice Avenue

Monthey

 

Swiss

 

Miroiterie à vendre

Localisation : grande ville côte d'azur.

Miroiterie traditionnelle avec activité menuiserie Aluminium et PVC.

Miroiterie structurée bien connue et existant depuis plusieurs dizaines d'années

Parc machines important (rectiligne, table de coupe, perceuse, sableuse...)

Cause de la cession : départ en retraite du dirigeant.

Contacter info@comascotec.com

Bavelloni va reprendre Glaston Mexico

Cette filiale de Glaston avait été créée par le groupe Bavelloni il y a 25 ans pour distribuer et assurer le service des machines Bavelloni sur le Mexique et une partie de l’Amérique du Sud. Sur cette durée elle a vendu et installée plus de 1000 machines.

De cette façon Bavelloni va renforcer sa présence commerciale et assistance technique sur une zone très importante.

Après cette acquisition Bavelloni Mexico continuera de distribuer les machines de la gamme Glaston sur sa zone d’activité et Matteo Gherseni continuera de la diriger

Nouveau four de trempe pour Emaver

Le miroitier de La Garde vient de recevoir son nouveau four de trempe Italien.

Bannière
Bannière

Fermeture Voir tous les miroirs, Tours

 

La miroiterie Voir tous les miroirs, le plus ancien pas-de-porte de la rue du Commerce, dont l’atelier de fabrication est à Joué, ferme après soixante ans de présence.

En 1958, Abel et Ginette Bertrand, artisans miroitiers, qui auparavant avaient une entreprise de fabrication à Paris, ouvrent Venise en Touraine, rue du commerce, à Tours. « Il y a 60 ans, c’était l’époque du miroir de Venise gravé. La boutique était à Tours et l’atelier à Joué-les-Tours. Il y a eu jusqu’à trois personnes qui y ont travaillé. Avec une spécificité rare : celle d’argenteur, pour les antiquités. Il n’y en a que dix en France. Cela consiste à déposer une fine couche d’argent métallique sur le verre », explique Brigitte Hervouet, qui en 1985 a rejoint sa belle-mère dans la boutique, tandis que son compagnon, Éric Bertrand, était à l’atelier.
La nouvelle génération change alors le nom du commerce en Voir, tous les miroirs et étend la gamme du verre aux objets de décoration puis, un peu plus tard, en 2000, aux bijoux, dont ceux en verre de Murano (près de Venise), plus ceux d’une cinquantaine de créateurs. 
Tout en poursuivant ses petits chantiers chez des particuliers, des halls d’immeubles aux salles de bain, en passant par les cuisines, « où le verre est actuellement très à la mode ».
“ Il n’y a plus que des miroiteries industrielles ”Car peu à peu « la mondialisation a complètement changé le marché. Avant, il y avait des produits haut de gamme, qu’on se transmettait de génération en génération. Aujourd’hui, c’est différent. Une page est tournée, il n’y a plus que des miroiteries industrielles ».
Ce qui a pour conséquence que l’unique miroiterie artisanale de la région n’a pas de repreneur. « Nous avons vendu à un petit commerce indépendant de niche. » « Nous sommes très connus dans la région. Notre clientèle fidèle s’est émue de la fermeture définitive lorsque nous avons débuté la liquidation, avant les fêtes

J’aime ma rue, il y a beaucoup de commerces indépendants, c’est une rue active. »