Isolants thermiques en rénovation

Par Sophie Trachte et Dorothée Stiermon

Editeur EPFL

 

Ouvrage très technique et très complet sur les différentes techniques et les différents matériaux disponibles en rénovation thermique des constructions. Cet ouvrage décrit avec précisions les caractéristiques des différents matériaux présents sur le marché (isolants organiques, isolants minéraux naturels ou synthétiques, isolants composites, isolants innovants) en les décrivant (avec de nombreuses photos à l’appui) précisant leurs caractéristiques techniques chiffrées, leurs modes d’élaboration, et en balayant un grand nombre de critère permettant d’avancer vers le meilleur choix correspondant au matériau recherché .

Dans un chapitre complet il détaille leur influence sur la qualité de l’air et sur la santé. Il aborde ensuite sur une quarantaine de pages le cycle de vie des différents matériaux et leur impact environnemental.

Il aborde la notion de l’économie circulaire dans la conception et la mise en œuvre de ces différents matériaux.

 

Nombreux tableaux, articles scientifiques et thèses sur le sujet.

 

En annexe figure une liste de fabricants et producteurs

Riou glass rentre sur le marché espagnol

 

Aprés une série de rachats de miroiteries en France sur ces 15 dernières années, puis être rentré en Belgique ( Euroglass) et en Italie ( Cappelletti et Roleri ) en 2022, le groupe Riou glass s’attaque maintenant au marché espagnol en rachetant le catalan Vidresif situé à proximité de Géron. Vidresif est une importante miroiterie avec un CA de l’ordre de 25 millions d’Euros. Le groupe Riou transforme chaque année plus de 100 000 tonnes de verre plat dont il produit une grande partie sur son float de Salaise sur Sanne. Il réalisera sur 2023 un CA supérieur à 260 millions d’Euros avec 1300 salariés et 26 unités de production

 

Bavelloni à GlassBuild AMERICA 2023

 

Bavelloni sera présent au salon GlassBuild AMERICA 2023, le plus grand salon pour le verre, la fenêtre et la porte en Amérique du Nord, du 31octobre au 2 Novembre sur le stand 3631.

Bavelloni présentera son nouvel angle variable VE 500 V10 SCS mitering machine.

Cette rectiligne pouvant façonner des volumes importants (et donc lours). L’option SCS gère automatiquement la position des meules pour assurer la meilleure qualité possible.

Bavelloni présentera aussi la biseauteuse, VB350 CNS? LA TABLE DE COUPE REV 372 SR cutting table,

 

Pour obtenir votre ticket d’entrée utilisez le code Bavelloni Customer Guest Pass Code 23GBAEXH.

Affutage des forêts diamantés pour le verre plat

La partie active d’un forêt diamanté, celle qui va permettre de percer le verre est constituée de grains de diamant. Ces grains de diamant sont noyés dans un alliage métallique qui a pour objectif de libérer peu à peu le diamant en surface du forêt diamanté de façon à pouvoir percer le verre.

En perçant le verre la partie supérieure du diamant va se briser peu à peu.

Ce liant doit s’user à la même vitesse que le diamant. S’il s’use trop vite il y a trop de diamant en surface et le forêt va s’user très rapidement et il y a un risque que le perçage se fasse avec des écailles. S’il s’use moins vite que les particules de diamant il n’y aura pas assez de grains de diamant en surface et le forêt ne percera plus le verre correctement. Dans ce dernier cas il faut affuter le forêt de façon à user le liant et refaire apparaitre des grains de diamant en surface. On utilise pour cela des pierres synthétiques, généralement en oxyde d’aluminium.

Mais le besoin d’affutage des forêts devrait être rare, du moins pour les meilleurs forêts diamantés. En effet les fournisseurs qui sont dans ce cas utilisent des liants qui s’usent à la même vitesse que le diamant et donc sans besoin d’affutage.

L’affutage est un réel problème dans le cas des perceuses automatiques.

Bannière
Bannière

Louis Decottegnie.

 

L’entreprise familiale qui a gravé Mouvaux dans le marbre

Spécialiste en cheminées et en marbrerie depuis 1984, la société Louis Decottegnie est toujours restée attachée à Mouvaux où l’histoire familiale trouve ses origines. Aujourd’hui, la saga continue entre tradition, qualité et modernité.

 

Impossible de parler de l’entreprise Louis Decottegnie sans évoquer son histoire familiale et son attachement à la ville de Mouvaux. Il faut remonter en 1850 pour retrouver les premières fondations par l’aïeul, rue Mirabeau, qu’on appelait à l’époque le « Pavé bleu ». Depuis, les générations se sont succédé et ont continué de développer la société Decottegnie, spécialisée dans le bâtiment et le carrelage.

Émancipation

Dans les années 50, le jeune Louis Decottegnie entre naturellement dans l’entreprise familiale où parents, oncle, frère et cousin travaillent aussi. «  J’avais 14 ans et je commençais ma formation de carreleur, se souvient le gérant. Mais déjà à l’époque, ce que je préférais, c’était les cheminées ! » Après son CAP, il crée rapidement l’atelier de marbrerie de décoration dans les années 60. La spécialisation prend tellement d’ampleur qu’elle oblige la société historique à se scinder en deux : Louis prend son indépendance en 1984 avec la création de sa propre société « Louis Decottegnie ».

Hors de question pour l’entrepreneur de quitter Mouvaux. «  On a beaucoup bougé à l’intérieur de Mouvaux sans jamais la quitter. À chaque fois, on a dû déménager par manque de place, rappelle, un brin amusé, Louis Decottegnie. On s’est installé pendant 10 ans rue Marceau : la rue était si étroite qu’on devait réveiller les pauvres riverains pour qu’ils bougent leurs automobiles tous les deux jours ».

Passage de témoin

En 1993, c’est le retour à la rue Mirabeau, où un showroom est créé. «  Un véritable déclic » pour les clients qui peuvent désormais se faire une idée plus concrète de leur projet. Marbrerie, pierres naturelles et de composites, cheminée puis inserts, foyers bois, gaz, poêles s’exposent maintenant chez Louis Decottegnie où une vingtaine de salariés s’activent, de la commercialisation à la pose en passant par la réalisation dans l’atelier.

Aujourd’hui, Louis Decottegnie reste le gérant mais a perpétué la tradition familiale en laissant, il y a déjà 21 ans, les rênes à son fils, Éric. «  Je ne prends plus aucune décision et je me fie entièrement à la nouvelle génération », explique celui qui reste encore très actif sur la création des nouveaux modèles en piochant ses idées sur le réseau de partage Pinterest.

Au fil des décennies, l’entreprise a su se réinventer pour proposer une offre en accord avec son temps. Et rien ne semble annoncer la fin de la saga familiale : le petit-fils de 21 ans vient d’entrer officiellement dans l’entreprise après une année en alternance. Lorsque sera venu le temps de la retraite pour son père Éric, c’est lui qui devrait reprendre le flambeau. Son nom ? Louis Decottegnie…

Article écrit par Justine Pluchard de Nordeclair