Glasstec 2020 annulé et reporté sur 2021

 

 

Les effets de la crise sanitaire du Coronavirus et les annulations de certains exposants (Guardian, MSK….) ont obligé les organisateurs du salon allemand Glasstec 2020 à reporter leur manifestation sur 2021. Compte tenu des incertitudes persistantes en termes de restrictions de voyage et de dispositions de quarantaine sur les principaux marchés cibles, Messe Düsseldorf a opté en faveur de ces nouvelles dates en étroite coordination avec le conseil consultatif du salon et tous les partenaires impliqués. Rappelons que le salon le plus important de l'industrie du verre était initialement prévu du 20 au 23 octobre prochains. Messe Düsseldorf est déjà en train de coopérer avec les associations pour offrir des formats de services numériques pour 2020 dans le but de rapprocher les clients et les exposants et de mettre numériquement les informations et les gammes disponibles pour Glasstec à la disposition des visiteurs professionnels intéressés par les dates originales du salon.

 

Quid de Vitrum 2021 ?

Artibat reporté sur 2021

ARTIBAT : Reporté aux 13, 14 et 15 octobre 2021

 

Au regard de la gravité de la crise sanitaire et de ses impacts économiques qui menacent l’ensemble des acteurs du bâtiment, c’est avec regret que la CAPEB Pays de Loire, organisatrice du salon, a pris la décision de reporter l’édition 2020 d’ARTIBAT aux 13, 14 et 15 octobre 2021.

 

Décision sage s’il en est !

L’ancien dirigeant de la miroiterie Schultz président de la CPME 53

 

 

Raphaël Alexandre a été désigné président de la CPME 53, la confédération des petites et moyennes entreprises de la Mayenne, jeudi 9 janvier 2020. Ce n’est pas son premier mandat au sein de l’institution : il a déjà occupé les postes de vice-président à l’industrie et à l’artisanat.

Directeur de la miroiterie Schultz à Saint-Berthevin jusqu’en 2016, Raphaël Alexandre a créé en 2018 l’agence Cheval et Patrimoine spécialisée dans le tourisme équestre. « Nos adhérents se composent essentiellement d’artisans qui travaillent seuls, rappelle le nouveau président. Notre mission reste de les aider au quotidien. »

Mousset s’intègre dans le transport de portes et fenêtres

 

Le transporteur Vendéen déjà présent sur ce créneau par lots vient de reprendre Raud spécialiste du transport de portes et fenêtres sur chantiers qui transporte chaque semaine 50 000 portes, fenêtres et baies vitrées.

 

La société a prévu une levée de fonds de 30 millions d’Euros en haut de bilan et dettes avec ouverture du capital aux employés et chauffeurs.

Bannière
Bannière

Louis Decottegnie.

 

L’entreprise familiale qui a gravé Mouvaux dans le marbre

Spécialiste en cheminées et en marbrerie depuis 1984, la société Louis Decottegnie est toujours restée attachée à Mouvaux où l’histoire familiale trouve ses origines. Aujourd’hui, la saga continue entre tradition, qualité et modernité.

 

Impossible de parler de l’entreprise Louis Decottegnie sans évoquer son histoire familiale et son attachement à la ville de Mouvaux. Il faut remonter en 1850 pour retrouver les premières fondations par l’aïeul, rue Mirabeau, qu’on appelait à l’époque le « Pavé bleu ». Depuis, les générations se sont succédé et ont continué de développer la société Decottegnie, spécialisée dans le bâtiment et le carrelage.

Émancipation

Dans les années 50, le jeune Louis Decottegnie entre naturellement dans l’entreprise familiale où parents, oncle, frère et cousin travaillent aussi. «  J’avais 14 ans et je commençais ma formation de carreleur, se souvient le gérant. Mais déjà à l’époque, ce que je préférais, c’était les cheminées ! » Après son CAP, il crée rapidement l’atelier de marbrerie de décoration dans les années 60. La spécialisation prend tellement d’ampleur qu’elle oblige la société historique à se scinder en deux : Louis prend son indépendance en 1984 avec la création de sa propre société « Louis Decottegnie ».

Hors de question pour l’entrepreneur de quitter Mouvaux. «  On a beaucoup bougé à l’intérieur de Mouvaux sans jamais la quitter. À chaque fois, on a dû déménager par manque de place, rappelle, un brin amusé, Louis Decottegnie. On s’est installé pendant 10 ans rue Marceau : la rue était si étroite qu’on devait réveiller les pauvres riverains pour qu’ils bougent leurs automobiles tous les deux jours ».

Passage de témoin

En 1993, c’est le retour à la rue Mirabeau, où un showroom est créé. «  Un véritable déclic » pour les clients qui peuvent désormais se faire une idée plus concrète de leur projet. Marbrerie, pierres naturelles et de composites, cheminée puis inserts, foyers bois, gaz, poêles s’exposent maintenant chez Louis Decottegnie où une vingtaine de salariés s’activent, de la commercialisation à la pose en passant par la réalisation dans l’atelier.

Aujourd’hui, Louis Decottegnie reste le gérant mais a perpétué la tradition familiale en laissant, il y a déjà 21 ans, les rênes à son fils, Éric. «  Je ne prends plus aucune décision et je me fie entièrement à la nouvelle génération », explique celui qui reste encore très actif sur la création des nouveaux modèles en piochant ses idées sur le réseau de partage Pinterest.

Au fil des décennies, l’entreprise a su se réinventer pour proposer une offre en accord avec son temps. Et rien ne semble annoncer la fin de la saga familiale : le petit-fils de 21 ans vient d’entrer officiellement dans l’entreprise après une année en alternance. Lorsque sera venu le temps de la retraite pour son père Éric, c’est lui qui devrait reprendre le flambeau. Son nom ? Louis Decottegnie…

Article écrit par Justine Pluchard de Nordeclair