Quelques chiffres sur le dernier Glasstec.

 

Le salon sur les technologies du verre qui s'est tenu en octobre 2018 à Dusseldorf a vu une croissance de presque 5% du nombre de ses visiteurs, en léger retrait par rapport aux records de 2012 et 2014.

 

Le salon est vraiment un salon international avec plus de 70 % de visiteurs venant de l'étranger.

Par contre le nombre d'exposant est en retrait (chiffres non donnés par l'organisateur) avec certains halls non complètement remplis

 

Vente société installation de miroirs sur le marché du sport

 

 

Une petite société qui vend et installe sur toute la France des miroirs destinés à des applications sportives est en vente. Quelques informations supplémentaires sur le lien suivant.

 

 

Vente et installation de miroirs sur le marché du sport

 

Je reste à votre disposition si vous souhaitez plus d'informations ou rentrer en contact avec le dirigeant de cette société.

Glass@comascotec.com ou 06 64 73 63 77

Nouvelle version du robot d’enduction Battellino

La société Italienne Battellino qui rencontre un bon succès avec son robot d’enduction annonce la sortir d’une nouvelle version de cette machine pour le vitrage Isolant.

 

1/ création d’un lecteur de code barres

Ceci afin de permettre à l’utilisateur de créer ses propres codes barres qui donneront au robot toutes les instructions dont il a besoin.

Type de profil (aluminium, acier inox..)

Différentes épaisseurs des profils, même dans le cas du triplex, indication simple ou double triplex…

 

2/Vitrages en forme

Nouvelles fonctions sur l’écran qui permettent à l’opérateur d’indiquer la forme du vitrage à travailler.

 

3/ Vitrages pour bâtiments historiques

Possibilité de travailler avec des profils de seulement 4 mm d’épaisseur. Cette option a été demandée par des entreprises qui travaillent en restauration de bâtiments historiques. Traiter manuellement de tels vitrages a toujours été assez délicat.

 

4/ augmentation de la vitesse de travail du robot.

La vitesse peut atteindre 18 mètres par mn. La Façon de travailler les angles a aussi été amélioré.  Un vitrage de 100x80 est maintenant réalisé par le robot en 45 secondes

 

Pour plus d’informations glass@comascotec.com

Nouveautés pour les rectilignes de Battellino

 

Le constructeur Italien de machines pour le verre plat Battellino, bien connu en particulier pour sa gamme de rectilignes a présenté plusieurs améliorations notables de ses rectilignes.

1/Nouveaux convoyeurs d’entrée et de sortie renforcé afin de permettre aux rectilignes de supporter un poids de verre plus important.

2/Nouveau système d’étanchéité des broches afin d’éliminer les fuites d’eau.

3/Nouvel écran tactile. Avec un nouveau logiciel permettant de piloter et de visualiser les principales fonctions de la rectiligne (épaisseur du verre, vitesse de travail, paramètres des broches pneumatiques, contrôle de la pompe…De plus il permet de visualiser le nombre total et partiel de mètres façonnés, les paramètres de travail de la machine dans chaque phase et une gestion des pièces détachées

4/Nouveau système de guides pour les broches diamantées et de polissage.

Ce nouveau système réduit encore les vibrations permettant une amélioration sensible de la qualité du joint.

 

Pour plus d'informations, contacter glass@comascotec.com

Bannière
Bannière

Pierre sèche. Compte rendu de travaux de restauration de deux soutènements en pierre sèche de rampe d’accès aux terres agricoles dans la pente à LURS (04)

 

La première rampe se trouve au lieu-dit Lurie, sur le versant ouest du piton rocheux du village de Lurs (Alpes-de-Haute-Provence). Elle part du chemin communal en surplomb et descendait à une parcelle agricole. Ce chemin qui mène à la porte du village a gardé ses proportions et sa largeur historique d’accès muletier carrossable. On peut noter par endroit la présence de calade et de pas d’ânes. La rampe est aussi large que le chemin ce qui indique qu’elle devait être praticable avec un attelage. La parcelle agricole sous-jacente a été remaniée lors de la construction d’une villa contemporaine sur des parcelles voisines. Aujourd’hui un chemin goudronné d’accès véhicule à l’habitation passe au pied du mur de soutènement du chemin. Le niveau a été abaissé pour permettre la circulation, du coup la fondation de la première rangée de pierre du soutènement de la rampe est désormais en surplomb et déchaussée On peut noter la présence d’un très gros clapier sur la parcelle anciennement desservie par la rampe, ce genre de clapier est souvent lié à la culture de vigne sur sol très caillouteux mais seule une recherche cadastrale permettrait de le vérifier. Le coteau est peu planté d’olivier, il est peuplé de nombreux amandiers http://unepierresurlautre.wordpress.com auteur Louis Cagin t2046 Méthode constructive de la rampe : La coupe du soutènement que nous avons pu relever lors de la restauration montre que le profil de la colline a été peu terrassé à cet endroit. La roche affleure et plonge rapidement. L’aménagement de la rampe s’est appuyé sur le sol originel de la pente rocheuse sur laquelle passe le chemin. Il est remarquable que la rampe ait finalement été aménagée par apport de remblai de pierres. Sur ce remblai, une fois le niveau atteint, a été installé une calade qui est toujours en place. Nous avons déjà rencontré ce même procédé à Lurs lors d’un de nos travaux de restauration. Le mur repris était sur le même coteau et soutenait également un ancien chemin carrossable. Fig 3 autre exemple de soutènement de chemin Le soutènement peut être divisé en quatre zones différentes quant à la pose des pierres : -1 la zone d’appareillage en parement où sont placées les plus grandes pierres dans une granulométrie moyenne de20 à 50 cm, les plus gros modules étant réservés pour le bas de mur et le couronnement (ZAP sur la fig. 4) -2 la zone d’appareillage de l’arrière du mur où sont placées les pierres sans faces d’une granulométrie moyenne de 20 à 12 cm (ZAA sur la fig.4) -3 la zone de drain où sont placées les pierres sans faces d’une granulométrie moyenne de 4 à 15cm (ZD sur la fig.4) -4 la zone de remblai qui se différencie du drain par le fait que les pierres ne sont pas appareillées (ZR sur la fig.4) Nous pensons que ces aménagements, qui demandent de gros volumes de pierre, ont été rendus possibles par l’activité des carrières locales situées au bas du coteau, qui devaient produire un matériau abondant, peu cher et proche des aménagements. Fig.4 coupe de l’aménagement Fig.5 coupe du mur Fig.6 l’autre mur restauré http://unepierresurlautre.wordpress.com auteur Louis Cagin t2046 Fig.7 après intervention La deuxième rampe est sur le versant opposé du piton rocheux de Lurs, celui-ci est dédié à l’olivier, la route est d’ailleurs nommée la montée des oliviers. La rampe en question est également un accès de champ, la différence réside dans le fait que le champ surplombe le chemin. L’accès se situe au pied d’un très vieux mur ourdi à la chaux et qui pourrait être un reste de porte ou de bâti en avant-poste du village. Lors du terrassement nous avons exhumé un tesson de verre (à ce jour à l’analyse) qui semble médiéval XV-XVIème. Le chemin est aujourd’hui l’un des accès aménagé pour permettre aux véhicules d’arriver à Lurs. Lors des travaux nous avons retrouvé une borne entouré de restes de calades qui indiquent le niveau du chemin avant sa modernisation. Nous avons pris soin de laisser ces vestiges en place. Fig.8 la borne Il ne s’agit pas de la même pierre que celle de la restauration précédente, son origine est micro-locale, notamment de la falaise qui surplombe le site. De fait l’appareillage est de nature tout à fait différente (fig.9). La disponibilité en pierre est plus réduite et les granulométries disponibles plus homogènes. Du coup le profil du mur varie lui aussi afin de s’adapter au stock disponible. Le mur est très large en bas et se réduit rapidement, il est de forme triangulaire Fig.9 coupe du mur http://unepierresurlautre.wordpress.com auteur Louis Cagin t2046 Le stock de pierre est de granulométrie moyenne majoritaire entre 15 et 30 cm avec quelques rares blocs de taille supérieure, le reste est composé de plus petits volumes de 8 à 15cm ; pas de cailloutis, ni de granulats, le reste du sol terrassé lors des travaux est uniquement composé de terre argileuse. Le mur est de fait entièrement appareillé de son parement à sa face arrière. Trois zones structurent cet appareillage ; - le parement où sont utilisées les pierres avec face et permettant une pose en boutisse, - la face arrière composée de pierres suffisamment grosses pour arrêter le mur, - la zone appareillage médian qui s’adapte aux impératifs des deux faces du mur, dans le choix des volumes et dans la pose des pierres (cf.fig.9). Il n’y a pas de zone de drain, c’est le mur lui-même qui fait cet office. Fig.10 zone terrassée Le mur s’inscrit en bas d’un talus qui le charge au niveau du couronnement et le poursuit sur toute la hauteur de la terrasse. Le mur ne mesure en moyenne que 1,4 mètre de haut, alors que la différence de niveau entre la route et le champ est en moyenne de 2 à 3 mètres. Le talus fait partie intégrante du système de soutènement de la terrasse. Il est végétalisé et régulièrement planté d’arbres de production dont le système racinaire participe du soutient. Si la rampe de Lurie a été installée dans une pente existante et remblayée par des pierres, d’après notre fouille, cette rampe a pour sa part été entièrement terrassée et n’est remblayée que de sol constitué de terre.

 

Louis Cagin