Quelques chiffres sur le dernier Glasstec.

 

Le salon sur les technologies du verre qui s'est tenu en octobre 2018 à Dusseldorf a vu une croissance de presque 5% du nombre de ses visiteurs, en léger retrait par rapport aux records de 2012 et 2014.

 

Le salon est vraiment un salon international avec plus de 70 % de visiteurs venant de l'étranger.

Par contre le nombre d'exposant est en retrait (chiffres non donnés par l'organisateur) avec certains halls non complètement remplis

 

Vente société installation de miroirs sur le marché du sport

 

 

Une petite société qui vend et installe sur toute la France des miroirs destinés à des applications sportives est en vente. Quelques informations supplémentaires sur le lien suivant.

 

 

Vente et installation de miroirs sur le marché du sport

 

Je reste à votre disposition si vous souhaitez plus d'informations ou rentrer en contact avec le dirigeant de cette société.

Glass@comascotec.com ou 06 64 73 63 77

Nouvelle version du robot d’enduction Battellino

La société Italienne Battellino qui rencontre un bon succès avec son robot d’enduction annonce la sortir d’une nouvelle version de cette machine pour le vitrage Isolant.

 

1/ création d’un lecteur de code barres

Ceci afin de permettre à l’utilisateur de créer ses propres codes barres qui donneront au robot toutes les instructions dont il a besoin.

Type de profil (aluminium, acier inox..)

Différentes épaisseurs des profils, même dans le cas du triplex, indication simple ou double triplex…

 

2/Vitrages en forme

Nouvelles fonctions sur l’écran qui permettent à l’opérateur d’indiquer la forme du vitrage à travailler.

 

3/ Vitrages pour bâtiments historiques

Possibilité de travailler avec des profils de seulement 4 mm d’épaisseur. Cette option a été demandée par des entreprises qui travaillent en restauration de bâtiments historiques. Traiter manuellement de tels vitrages a toujours été assez délicat.

 

4/ augmentation de la vitesse de travail du robot.

La vitesse peut atteindre 18 mètres par mn. La Façon de travailler les angles a aussi été amélioré.  Un vitrage de 100x80 est maintenant réalisé par le robot en 45 secondes

 

Pour plus d’informations glass@comascotec.com

Nouveautés pour les rectilignes de Battellino

 

Le constructeur Italien de machines pour le verre plat Battellino, bien connu en particulier pour sa gamme de rectilignes a présenté plusieurs améliorations notables de ses rectilignes.

1/Nouveaux convoyeurs d’entrée et de sortie renforcé afin de permettre aux rectilignes de supporter un poids de verre plus important.

2/Nouveau système d’étanchéité des broches afin d’éliminer les fuites d’eau.

3/Nouvel écran tactile. Avec un nouveau logiciel permettant de piloter et de visualiser les principales fonctions de la rectiligne (épaisseur du verre, vitesse de travail, paramètres des broches pneumatiques, contrôle de la pompe…De plus il permet de visualiser le nombre total et partiel de mètres façonnés, les paramètres de travail de la machine dans chaque phase et une gestion des pièces détachées

4/Nouveau système de guides pour les broches diamantées et de polissage.

Ce nouveau système réduit encore les vibrations permettant une amélioration sensible de la qualité du joint.

 

Pour plus d'informations, contacter glass@comascotec.com

Bannière
Bannière

Vente marbrerie Soliani

 

Michel Dauphin, le dernier de la famille, vient de passer la main. Pour prendre sa retraite.

Pour Laurent Heyser, qui reprend la plus ancienne entreprise familiale de Moyeuvre-Grande, les pompes funèbres et marbrerie Paquin-Dauphin, c’est également un véritable changement de cap.

« J’étais chauffeur routier. Voulant changer de métier, j’ai suivi une formation en 2015 aux pompes funèbres Robert, à Pont-à-Mousson. Pendant un an, depuis début 2018, j’ai travaillé avec Michel Dauphin afin de parfaire mon expérience », confie-t-il.

Depuis début janvier 2019, la société appartient en propre à Laurent Heyser.

Saga familiale

« L’entreprise a été créée en 1923 par Edmond Paquin qui travaille avec son frère Augustin », rappelle Michel Dauphin. « À l’époque, il n’avait en charge que le transport des cercueils à l’église et au cimetière… » En 1935, il rachète un commerce de couronnes funéraires en perles et des croix en granit de la ville. « Le menuisier qui fabriquait les cercueils a craint pour son travail et créé des problèmes. C’est à ce moment là que mon grand-père a décidé de vendre des cercueils. »

La marbrerie Soliani aussi

La fille d’Edmond, Simone, se voit offrir un magasin au n° 35 de la rue Foch, pour la vente des couronnes et des croix. En 1953, elle épouse André Dauphin, qui commence à travailler dans l’entreprise. En 1958, Edmond Paquin prend sa retraite et partage ses affaires. Son fils Jean préfère garder le commerce de charbon. Les pompes funèbres reviennent à Simone et prennent le nom de pompes funèbres Paquin-Dauphin. Les pompes funèbres deviendront la SARL Paquin-Dauphin en 1980. Vers 1995, le couple se décide à vendre. Michel Dauphin, l’un des deux fils d’André et de Simone Dauphin se porte acquéreur de l’affaire et s’installe au 33, rue Foch. Il reprendra également la marbrerie Soliani en 1997. C’est cet ensemble qu’il vient de céder à Laurent Heyser. Mais le nom – les pompes funèbres Paquin-Dauphin – reste d’actualité.

Quatre salariés, huit vacataires

L’entreprise Paquin-Dauphin compte quatre salariés à temps plein, deux à la marbrerie et deux aux pompes funèbres, auxquels il faut ajouter huit vacataires, dont l’un prépare le diplôme de maître de cérémonie. Laurent Heyser, repreneur des pompes funèbres et de la marbrerie, est marié et père de quatre enfants. L’un des enfants commence à travailler en tant que vacataire… Une nouvelle saga ?