Poste de poseur miroiterie Charignon

 

Dans le cadre de son développement, la miroiterie Charignon, recherche des menuisiers poseurs (H/F)

Vous souhaitez intégrer une équipe dynamique et ambitieuse ? Vous avez envie de vous lancer dans une petite structure familiale et apprendre à travailler le verre ? Vous êtes manuel, motivé, soigneux et vous avez l’esprit d’équipe ?

 

Ce poste, est disponible immédiatement sur le secteur Couzon au mont d’or (69). 35h sur 4 jours (7h45-12h30 / 13h30- 17h30) - Rémunération intéressante entre 2000 et 2600 Brut + primes + mutuelle prise en charge à 80% Rejoignez notre groupe à taille humaine où nous visons l’excellence et l’exemplarité, dans une ambiance détendue, où nous avons à cœur de favoriser votre réussite professionnelle.

 

Contact : nicolas.caporali.amneo@gmail.com - Tél 06 35 33 34 17

Pyroverre rachète la miroiterie Cluzel

 

 

Pyroverre est un transformateur de produits verriers basé à Châteauneuf-du-Rhône (Drome), stockeur et distributeur des verres de résistance au feu de Pilkington (NSG group) pour la partie sud du territoire français.
La société créée en 2010, est spécialisée dans la transformation de produits verriers Pilkington Pyrostop et Pilkington Pyrodur. Elle coupe du verre sur mesure pour une clientèle constituée de particuliers miroitiers et de menuisiers. Son bureau d’études se consacre aux demandes spécifiques des clients pour assurer la conformité au regard de la réglementation incendie.
En 2015, la société Côté Verre fondée par Maryline Pereira, rejoint le groupe pour proposer la vente en ligne de tous types de vitrages découpés, façonnés puis expédiés depuis l’atelier de production. L’outil de configuration en ligne permet aux clients de passer facilement et directement commande sur le site.

 

 

Pourquoi la miroiterie Cluzel ?

Nous avons demandé à Mathieu Guenin, gérant de la société, de nous exposer les raisons de cet achat. Mathieu Guenin et Maryline Pereira savent que la mise en œuvre est la continuité de l’activité de Côté Verre, la demande de la clientèle locale étant récurrente et de plus en plus importante. Ils constituent alors une équipe de pose. Ils se sont rendu compte rapidement qu’il serait plus simple de faire une opération de croissance externe. Ils s’intéressent à une éventuelle acquisition et ont trouvé la miroiterie Cluzel à Montélimar, à proximité de Châteauneuf-du-Rhône. La gérante, Danielle Fargier, désirait prendre sa retraite. Elle était secondée par Éric Coin sur le plan technique possédant un savoir-faire solide.
L’équipement de l’entreprise permet de réaliser la coupe, le façonnage et le perçage du verre plat nécessaire dans une miroiterie. Elle est dotée d’une camionnette avec un portique porte-verre. Le magasin a une surface de 80 m2 et l’atelier de 160 m2.
La clientèle est essentiellement constituée de particuliers et de professionnels ainsi que des administrations locales.

Intégration et transformations

La reprise s’est effectuée à la fin du mois de janvier 2021. Mathieu Guenin a recruté Paul Fabre comme responsable d’agence ainsi que Dorotea Nacasabog assistante commerciale. Dannielle Fargier les accompagnera pendant trois mois pour leur transmettre ses connaissances, tandis qu’Éric Coin poursuivra son activité de conseil, coupe et pose du verre.
Le magasin existant accueillera un nouveau show-room sous la forme d’un appartement témoin pour valoriser l’offre de la miroiterie en présentant les produits en situation. Des garde-corps, des crédences de cuisine, une dalle de sol, un escalier et un miroir diélectrique cachant un écran. Le chiffre d’affaires d’environ 300 000 euros devrait grimper rapidement à 600 000 euros.
Bien que la crise sanitaire ait légèrement impacté l’activité de Pyroverre en raison de l’arrêt des chantiers pendant la crise sanitaire, Mathieu Guenin reste optimiste et pense que l’économie française va connaître un rebond rapide. Parallèlement, la vente en ligne via le site Côté Verre connaît une croissance importante précise Maryline Pereira.

 


Nouveau float en France

 

Le groupe Glass Trösch va investir dans la construction d’un nouveau four sur son site français de Homboutg en remplacement du four actuel de 2008 qui arrivait en fin de vie.

De plus une extension du site sur 45000 m² est prévu.

 

La production d’un autre site y sera aussi transféré courant 2023, avec arrivée de 80 salariés.

Amélioration de nos meules résines diamantées, façonnage du verre plat.

 

Nous avons allégé le corps de la meule demandant ainsi moins de puissance au moteur pour la mettre en action.

 

Des stries ont été dessinées sur la base intérieure pour avoir une meilleure répartition de l’eau de refroidissement et donc un meilleur refroidissement de la meule et du verre.

 

Nous avons augmenté la rigidité du corps de le meule et l’équilibrage pour une rotation sans à-coup.

 

Nous avons conservé les mêmes liants, ces améliorations ayant pour but d’améliorer les performances mécaniques de nos meules résines

 

Plus d'info sur glass@comascotec.com

Bannière
Bannière

Croissance de l’industrie de la pierre en Algérie

Créée en 2016, Granittam, filiale du Groupe des sociétés Hasnaoui (GSH), est spécialisée dans l’industrie de la pierre depuis sa phase initiale d’extraction jusqu’à la phase finale de transformation et de traitement. Elle exploite présentement des carrières de Tamanrasset (Outoul, Aguenar, In Guezzam et Silet) et se consacre à la transformation et au traitement de la pierre, respectivement au sud et au nord du pays. Omar Hasnaoui, directeur général du GSH, nous explique dans cet entretien les différentes phases ayant abouti au lancement de Granittam. Suivons-le.

Comment vous est venue l’idée d’investir dans le domaine de la transformation de pierres ?

L’idée a commencé à germer il y a  quatre années. Après études et consultations, nous avons opté dans un premier temps pour une unité de 1000 m2/j au niveau de la zone de Sidi Ali Benyoub, à 23 km de Sidi Bel Abbès. Nous avons ainsi procédé à la création de la filiale Alpostone et à l’installation des équipements nécessaires au niveau de la carrière de Sidi Ali Benyoub. Puis nous sommes entrés en contact avec l’Enamarbre pour assurer l’approvisionnement de la nouvelle unité en blocs de marbre.

Vu que le produit brut n’était pas disponible en quantité suffisantes sur le marché, nous avons commencé par l’importer d’Espagne avant d’aller prospecter vers le Sud. A Tamanrasset, où nous nous sommes lancés d’abord sur la piste du granit, nous avons constaté qu’il existait des variétés de marbre de grande qualité : du marbre blanc translucide, du vert pistache, du marron…
A partir de là, le projet Granittam a commencé à se dessiner. Il faut cependant reconnaître que les débuts n’ont pas été faciles.

Pouvez-vous être plus explicite ?

Dans l’industrie de transformation de la pierre, le début d’exploitation des carrières n’est pas de tout repos. Cela a nécessité d’importants travaux d’excavation, la mobilisation d’engins en tous genres et des d’investissements lourds. A Tamanrasset, nous avons bénéficié de sept titres miniers pour l’exploitation de  marbre et de granit. Trois sites de production sont déjà en marche à Silet et à In Guezzam.

Ils ont démarré au dernier trimestre 2016 et l’on prévoit d’atteindre, à court terme, une production de 3000 m2, avec possibilité de porter rapidement ce volume  à 10 000 m2. L’unité ainsi créée s’étend sur 20 hectares, pour un investissement de l’ordre de 219 milliards de centimes. Les principaux objectifs de Granittam sont la satisfaction des besoins nationaux en granit et marbre, stimuler la production locale sous un label de qualité (Made in Algeria) avec une meilleure offre qualité/prix. Nous comptons, d’ici fin 2017, rendre opérationnelle l’usine de Tit.

Investir dans une région lointaine comme Tamanrasset a de quoi générer des coûts d’exploitation importants, notamment pour le transport ?
Lorsqu’on nous avons établi le coût de revient de nos investissements, nous avons constaté que celui-ci est pratiquement égal à celui généré par l’importation de marbre.

Au fur et à mesure que les travaux d’exploration avançaient et après un long travail de prospection, nous nous sommes rendu compte qu’on pouvait réaliser des économies substantielles en termes de coûts liés au transport.  En poussant plus loin notre prospection du marché, nous avons constaté que quelque 300 camions de gros tonnage approvisionnant Tam en divers produits repartaient pratiquement vides vers le Nord.

Cela permet non seulement de réduire les coûts de transport des blocs et des produits finis, mais aussi d’assurer des revenus supplémentaires à des transporteurs chevronnés et de les fidéliser. En réalité, la région de Tamanrasset recèle des opportunités d’investissements énormes, notamment dans le secteur de la construction. Je peux même vous affirmer que Tamanrasset ressemble au nord du pays d’il y a 20 ou 30 ans, où pratiquement tout est à construire. L’immobilier, le tourisme, les matériaux de construction sont, entre autres, des segments porteurs et renfermant d’énormes potentialités.

Qu’en est-il de la création d’emplois dans la région de Tamanrasset ?

Granittam contient deux volets : un volet relatif à l’exploitation des carrières de pierre et un volet industrie. Elle est appelée à générer 700 emplois, dont 500 permanents, dans une première phase. Nous comptons, après l’achèvement de toutes les phases du projet,  arriver à créer 2000 emplois. La priorité pour  GSH est d’offrir des opportunités de travail à la main-d’œuvre locale. Aujourd’hui, dans l’extrême Sud,  le Groupe des sociétés Hasnaoui a pris l’engagement de recourir à la main-d’œuvre locale qualifiée. Et il existe déjà à Tamanrasset des métiers adaptés à la culture de la région.

D’ailleurs, nous avons été surpris de l’existence d’un programme de coopération entre le Brésil et le gouvernement algérien pour la formation de formateurs aux métiers de l’artisanat et de la transformation de marbre.

Dans la continuité des efforts consentis dans ce cadre, nous avons pris contact avec l’ambassade du Brésil pour appuyer ce programme et développer l’artisanat à base de marbre et de granit. Ainsi, de petits ateliers peuvent être créés, à condition d’encadrer le marché et de l’organiser. Aussi, nous comptons faire appel à l’expertise portugaise, italienne et chinoise pour assurer le transfert de savoir-faire. Car tout réside dans le savoir-faire ayant trait à la transformation de la pierre.  Et c’est là un défi que nous comptons relever.

Existe-t-il d’autres pistes pour valoriser les carrières de pierre ?

Nous sommes en mesure de  proposer d’autres produits à base de pierre pour diverses utilisations. Il est ainsi possible de fabriquer des carrés de granit pour le revêtement des trottoirs, des bordures de trottoirs et des pavés, des agrégats et même pour la fabrication de béton. En somme, il est possible d’exploiter les blocs de pierre à 100% et de mettre sur le marché une multitude de produits pour le secteur de la construction. Certes, le défi est grand, mais la volonté est là pour réussir ce projet.

Lors de la pose de la première pierre par l’ancien Premier ministre, Sellal, l’accent a été mis sur la nécessité d’accélérer le processus d’exonération de produits finis…


Dans le contexte économique que vit l’Algérie, l’exportation hors hydrocarbures est une priorité pour le gouvernement afin de générer de nouvelles ressources en devises. Pour le Groupe des sociétés Hasnaoui, cette démarche permet également de s’auto-suffire en  devises pour consolider sa politique de diversification et contribuer au développement du pays.

Dans l’état actuel, une entité de l’envergure du GSH, qui n’est pas en mesure de générer des devises à l’international, n’aura pas la possibilité d’élargir des perspectives. Après la réalisation de toutes les phases du projet, nous comptons entamer l’exportation de marbre et de granit à partir de la fin de l’année 2017.

Et pour cela, il est nécessaire de respecter toute une démarche technico-commerciale basée sur des prescriptions aux normes internationales.